Damien Bril – L’œil de l’antiquaire ? Écrire une histoire des points de vue au miroir de la collection Gaignières (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021).

Damien Bril dessine des grands axes problématiques autour de la notion de point de vue, pas de manière conceptuelle mais avec des exemples concrets tirés de la collection Gaignières. La nature polyfocale de la collection, qui propose des sources et des points d’entrée très divers dans l’histoire de l’aristocratie française, constitue en soi un exemple de réflexion sur les points de vue en Histoire.

Point de vue et territoire

La notion de point de vue, centrale en histoire de l’art (théorisée entre autres par Dürer), renvoie à la Renaissance à celle de perspective, en tant que méthode pratique mais aussi culturelle et intellectuelle. Au XVème siècle, la perspective est aussi envisagée dans le cadre des sciences optiques qui se développent (cf traités). Au XXème siècle, Hoffman met en lumière une rupture dans les modes de représentation qui adoptent une « polyfocalité », au détriment de la perspective et d’un regard cohérent unique sur le monde. Cette proposition, discutée depuis, témoigne de l’importance de cette notion et des réflexions qu’elle suscite encore.

La perspective dégage sa tension propre : d’un côté, elle reflète un point de vue particulier, singulier et personnel ; d’un autre, elle prétend à l’objectivité et propose un moyen d’établir un espace intersubjectif partagé car fondé sur une même base. Cela explique en partie la volonté des artistes de diffuser ce savoir : il est physiquement impossible d’avoir le même point de vue car chacun occupe un lieu différent et non partageable dans l’espace, mais les images, qui imposent un point de vue, rendent cela possible. La question du point de vue s’avère donc très importante dans la connaissance du territoire. Cette prise de conscience apparaît dans les études réalisées depuis le Spatial Turn : les travaux actuels se penchent en effet sur la façon dont les représentations nous renseignent sur notre appréhension de l’espace (Quand les artistes dessinaient les cartes, exposition aux Archives Nationales).

Cerner l’intentionnalité

Les représentations portent leur poids de sédimentation de point de vues, spatiaux et temporels, puisqu’il s’agit de pétrifier un état ou paysage à un instant T. Comme par exemple l’ensemble des vues de la Topographie françoise de Claude de Chastillon nous propose une synthèse de la géographie du royaume avec un discours purement visuel. Les éditions nombreuses et posthumes rendent le projet initial est assez difficile à cerner mais le point de vue adopté par l’ingénieur Chastillon est essentiellement centré sur les fortifications, le contexte géographique, etc. Chastillon adopte un point de vue de côté pour saisir les édifices dans leur totalité et les inscrire dans le territoire. Il joue un peu avec la perspective pour pouvoir représenter ce qu’il veut et son point de vue est avant tout militaire, et il focalise d’ailleurs ses représentations sur les villes et régions concernées par les opérations militaires sous Henri IV. C’est aussi un urbaniste et cela se sent également dans les points de vue adoptés.

L’un des enjeux de la recherche menée par le projet Collecta est de bien prendre en compte l’intentionnalité de ces représentations présentes dans la collection. L’inventaire de 1711 des portefeuilles topographiques de Gaignières offre des listes pièce à pièce de chacun de ces recueils topographiques. Ils offrent les documents les plus variés : cartes, vues de villes, vues rapprochées de monuments, détails (exemple de la Beauce : plan de la province, de la ville de Chartres, cathédrale, vitraux, portail…). On trouve des planches gravées et des dessins originaux de Louis Boudan. On est donc d’emblée face à une perception polyfocale du territoire (complexifiée par les rapports de complémentarité entre les feuillets).

L’oeil de l’antiquaire

Chez Gaignières, les vues constituent un maillage qui se superposent au territoire. Le point de vue adopté dépend avant tout d’un souci historique, plus que d’une ambition courtisane. Par exemple, dans une représentation de la place royale de Poitiers, le point de vue adopté ne met pas en valeur la statue du roi mais l’axe de la route Bordeaux-Paris. Le dessin préparatoire de Boudan permet de mieux comprendre la composition du dessin final, qui relève d’une vraie logique combinatoire (il représente d’abord plusieurs faces de la même statue – on trouve d’ailleurs d’autres dessins de cette statue et des inscriptions qui y figurent dans le portefeuille concerné). Autre exemple, une vue du château de Thouars : de nouveau, le dessin préparatoire est combinatoire : il nous montre l’orangerie alors qu’elle est invisible depuis le point de vue adopté. La multiplicité des points de vue pour représenter un seul monument se retrouve également dans les représentations des tombeaux. S’agit-il d’une pratique courante à l’époque ? Quels points de vue sont privilégiés ? Pour trouver des éléments de réponse, il faudra comparer ces représentations avec d’autres vues gravées des mêmes lieux (exemple de Poitiers repris, ou de Chartres).

Compte-rendu rédigé par Lauren Launay à partir des notes préparatoires de Damien Bril.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search