Perrine Camus-Joyet – Orienter des figurations en fonction de la situation de son regard : le cas de l’ensemble cartographique de Jean de Beins v. 1604 – v. 1609 (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021)

Perrine Camus-Joyet a mené un travail sur le rapport des savants et des politiques au territoire et propose une étude du rapport entre représentation spatiale et politique. Elle a fait le choix de se concentrer sur un corpus de cartes manuscrites car l’impression et l’édition répondent à des logiques de marché qui influent sur les images.

Carte paysage de Grenoble par Jean de Beins en 1604.

Positionnement des auteurs

Ce corpus révèle une grande hétérogénéité des formes : il n’y a pas de point de vue particulièrement choisi. Il existe très peu de traces du processus de construction des figurations et peu de noms sont conservés. Il a donc fallu composer avec une part très grande d’anonymat et abandonner l’idée d’associer les images et les individus, porter plus d’attention au positionnement de l’auteur par rapport à l’espace et aux images qu’à son identité. Lectures structurantes pour cette étude : Elise Olmedo (géographie des espaces vécus et cartographie sensible), Donna Haraway (savoirs situés). Un des objectifs du travail est donc de comprendre les liens entre différents regards, à la fois spatialement et socialement situés.

L’exemple de Jean de Beins

Cette étude a été menée d’abord à partir des cartes de Jean de Beins. Il s’agit d’un corpus d’une cinquantaine de dessins manuscrits (1604-1609, British Library, Londres), réalisés à la demande d’Henri IV par Jean de Beins, ingénieur-géographe. Ses cartes portent sur le Dauphiné, province dont il était en charge. Trois modes de projection principaux ont été utilisés dans ce corpus : plan (ville et place forte), carte particulière (au sens de « partie d’un tout », selon une perspective à vol d’oiseau assez artificielle mais rendant les images plus cohérentes dans les Alpes, puisqu’on peut s’élever et prendre de la hauteur) et vue de ville (perspectives cavalières depuis le sol ou légèrement surélevées). Gabrio Busca dans Della espugnazione e difesa della fortezze publié en 1601 à Turin propose une étude des traités de fortifications évoquant ces trois modes de projection et donnant des conseils théoriques sur la manière de dessiner : en distinguant par exemple trois niveaux de dessins, le plan, la surélévation et le profil. Les cartes de Jean de Beins attestent ainsi d’une application directe par les ingénieurs chargés de dessiner les places fortes, d’un mode de pensée du territoire bien établi, même s’il n’existait pas encore les mêmes normes cartographiques.

On note l’orientation très diverse des cartes du corpus : il n’y a pas de point cardinal préféré. Pour y voir plus clair aujourd’hui, les cartes d’époque ont été replacées sur une vue Google Earth. On s’aperçoit alors que la ville de Lyon a été prise pour orientation de départ, et que les cartes suivent le cours du Rhône, depuis le lac Léman jusqu’à Montélimar. Au Sud, un autre point de départ est utilisé pour l’orientation, Grenoble, et de même on suit le cours de la vallée principale. Gap est le troisième de ces centres qui polarisent les représentations. Entre ces trois pôles, on remarque une insistance sur les grandes routes empruntées par les armées (multitude d’autres passages, marchands, bergers, etc, presque inexistants sur ces cartes). Il existe une carte, celle du Val de Suse, à laquelle on peut rattacher un texte (correspondance entre Lesdiguières, lieutenant général pour Henri IV dans le Dauphiné, qui s’adresse à Henri IV 18 août 1602 et décrit les chemins) et qui corrobore notre compréhension de ces cartes. Sur certaines cartes, l’insertion de vignettes incluant des fort, des châteaux, mélange les types de projection sur une seule planche. La lecture très pragmatique du territoire est contrebalancée par des éléments fantastiques, comme par exemple l’appellation « montagne maudite » pour le Mont Blanc par exemple. Ce corpus restitue ainsi un regard placé sur les zones urbaines, situé localement depuis l’intérieur vers l’extérieur.

Carte des vallées de Queyras et Château-Daufin par Jean de Beins en 1608. © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général.

Il a fallu une expérience de terrain avec des participants aux profils divers pour retrouver les points de vue des cartes du corpus : chacun a procédé de manière libre, sans consignes précises, dans les conditions matérielles de l’époque, pour mesurer concrètement les contraintes du terrain. Il fallait représenter la province de la manière la plus générale, les moyens n’étant pas précisés. Cette expérience a permis de comprendre les difficultés pratiques des arpenteurs, les contraintes liées à la météo, etc. Ce qui en est ressorti est également la subjectivité des points de vue.

Les cas de Suse et de Grenoble

Dans une deuxième temps, Perrine Camus-Joyet a ouvert son étude à d’autres exemples afin de mieux cerner les limites de sa recherche. En se penchant sur le cas de Suse, moins connu et plus isolé, donc moins confortable à étudier, elle a pu comparer deux représentations : la première, depuis la France, vers l’Est ; la seconde, depuis la Savoie, vers l’Ouest. Ces deux cartes présentent de grandes différences : insistance sur certains chemins ou rivières différents, mention de certains pics, etc. Depuis la France, on a par exemple une multiplicité de chemins (en vert), alors que du côté savoyard, on n’en trouve qu’un seul et unique. Malgré cela on trouve aussi de nombreux points communs dans la manière de voir le territoire. Ces deux cartes permettent ainsi de localiser les barricades possibles autour de la ville de Suse.

Autre cas d’une double projection pour un seul et même lieu : Grenoble. La partie basse en plan, le haut en perspective : cela fait sens si on réfléchit en terme de situation du regard. Ces cartes ont été faites pour comprendre la situation défensive et offensive d’un site dont on montre la hauteur.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search