Conclusion de la Journée d’étude « Exploiter des données de corpus géolocalisées », 14 Octobre 2020, par François Bougard

La dimension patrimoniale est importante pour tous ces projets porteurs d’une dimension citoyenne et sociétale. La journée d’étude a permis de mettre en valeur l’hétérogénéité des corpus et leur caractère pluridisciplinaire, mais aussi incomplet. L’incomplétude est double : celle de la source, celle du traitement de la source. Aucune base ne rend compte de l’intégralité de la source à traiter.

Hétérogénéité

Dans la manière de faire naître l’information : les archéologues sont les plus avancés car ils ont eu le besoin de localiser leurs données à mesure qu’elles se créaient. Pour la plupart des historiens travaillant sur des bases numériques, le processus est inverse, ils ont d’abord la source, puis ils essaient d’appliquer une démarche de géolocalisation.

Problématiques & Perspectives

Des questionnements sont revenus sur le caractère certain/incertain de la donnée géolocalisée et manière graphique de rendre cette (in)certitude. Il y a parfois des biais dans les visualisations cartographiques et il faut que les utilisateurs de base de données en aient conscience.

Autre question revenue de manière récurrente : Qu’est-ce que la donnée ? a minima des coordonnées GPS, un numéro INSEE, un concept (comme l’a souligné Olivier Marlet).

L’importance des échanges avec les designers, avec ceux qui donnent à voir, a été soulignée : ce ne sont pas de simples prestataires de service dans ces projets patrimoniaux, mais des adjuvants indispensables qui aident à penser la donnée. La dimension esthétique n’est pas négligeable. Il y a une marge de progression entre la dimension pédagogique/illustrative en direction du grand public et la dernière fonction soulevée par Sophie Fétro, la fonction heuristique. C’est là qu’une attention doit être portée à la façon dont sont conçues les bases de données. Il ne faut pas faire l’économie de l’indexation géographique à chaque fois qu’on intègre un nom de lieu dans une base. Il faut prévoir de la place pour les référentiels, saisir les coordonnées GPS. Il faudrait disposer d’outils embarqués pour que cette démarche devienne machinale. C’est ainsi que des croisements inattendus pourront être interrogés.

Programme complet de la journée d’étude.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search