Olivier Canteaut et Sébastien Nadiras – Le Dictionnaire topographique de la France, référentiel géo-historique (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Le Dictionnaire topographique de la France est un projet engagé en 2010 par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), les Archives nationales et l’École nationale des chartes. Il vise à rassembler sur une même plateforme numérique l’ensemble de la collection des dictionnaires topographiques imprimés, lancée en 1859 par Léopold Delisle dans le cadre du CTHS et qui comprend aujourd’hui trente-cinq volumes. Il y adjoint une dizaine de dictionnaires publiés chez des éditeurs privés ou restés manuscrits, qui ont repris, sinon les normes de présentation, du moins l’esprit de la collection. Chaque volume départemental recense les noms des lieux habités (hameaux, écarts, etc.) et divers noms géographiques (cours d’eau, forêts, etc.), ainsi que les différentes formes qu’ils ont prises au fil des siècles. L’ensemble constitue aujourd’hui la plus vaste ressource de toponymie française disponible, soit 1,2 million de formes toponymiques.

Page d’accueil du Dictionnaire topographique de la France

Géolocalisation et cartographie numérique

L’apport du numérique à cette collection est considérable. Il permet notamment de combler une lacune originelle du projet, l’absence complète de cartes dans les dictionnaires imprimés. Les outils cartographiques proposés ici permettent par exemple de visualiser en un instant la répartition des lieux (figurant dans les dictionnaires) dédiés à un saint donné : l’affichage par « carte de chaleur » met en évidence la concentration sur le territoire des lieux portant un tel nom.


Répartition des lieux portant le nom de « Saint Aubin »

Chaque lieu a été localisé par rapport à la géographie administrative de 2011 – date retenue car antérieure au mouvement de fusions communales lancé par les lois de réforme des collectivités territoriales de 2010 et 2015 et au redécoupage cantonal de 2014, qui ont rendu le maillage territorial plus lâche et donc moins pertinent pour la géolocalisation des données. Un lien vers le code officiel géographique de l’INSEE permet toutefois d’actualiser les données, en replaçant chaque commune dans la hiérarchie administrative actuelle. S’y ajoutent des renvois vers d’autres référentiels du web, en particulier géographiques : Geonames, VIAF, Wikidata et entrepôts de données patrimoniales comme Data BNF ou France Archives. De nouvelles fonctionnalités de recherche seront implémentées à terme, notamment des tris et filtres par date et par type de lieu.

Problématiques et perspectives

Cette réalisation n’a pas été sans rencontrer de difficultés. Elle a notamment nécessité un appariement automatique entre les données de localisation contenues dans les articles des dictionnaires et la nomenclature des communes. Mais la correspondance entre ces deux listes ne saurait être parfaite, étant donné les nombreuses modifications de cette nomenclature entre la date de rédaction de chaque volume imprimé et 2011 (fusions de commune, changements de nom, etc.). Aussi a-t-il fallu traiter manuellement les cas résiduels.

Par ailleurs, les localisations proposées demeurent imprécises. En effet, tous les toponymes situés sur le territoire d’une commune sont pour l’instant localisés par défaut au centre géographique de cette dernière. Par exemple, dans le cas de la vaste commune de Névache (Hautes-Alpes), tous les lieux-dits de la commune ont reçu des coordonnées géographiques uniques, celles du centre de la commune – et non celles du bourg lui-même. S’y ajoutent des problèmes de doublons : un hameau à la limite de deux départements aura par exemple une entrée dans deux volumes imprimés, donc deux articles dans le dictionnaire numérique et deux localisations distinctes – il est vrai dans deux communes limitrophes.

Enfin, il faut garder à l’esprit que la densité des données est variable d’un département à l’autre. Toutefois, manque encore aujourd’hui un socle uniforme de données, à échelle nationale, qui permette à l’utilisateur d’appréhender les biais quantitatifs du Dictionnaire.

Au total, ces travaux ont conduit à modifier certaines entrées des dictionnaires, et donc à avoir une démarche plus interventionniste. S’est ainsi posée la question de savoir s’il fallait faire œuvre de simple éditeur ou s’il convenait de rectifier les données présentes dans les volumes imprimés. C’est le second choix qui a primé, conduisant ainsi à transformer le projet : il ne s’agit plus seulement d’une édition électronique des volumes imprimés, mais de la création d’un objet nouveau, un référentiel géographique (gazetteer).

Usagers

Le projet se caractérise par son caractère interopérable grâce à la création d’une API et à la possibilité d’exporter les données au format JSON. Des adresses pérennes permettent d’appeler chaque notice et d’effectuer de nouveaux liages. Au total, l’application est conçue comme un référentiel de toponymie historique susceptible d’être utilisé par tout projet en sciences humaines.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search