Matteo Ferrari : Les enjeux de la géolocalisation appliquée aux études héraldiques : le projet ArmmA (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

À l’origine du projet ArmmA, il y a un constat : les armoiries sont présentes partout et massivement au Moyen Âge mais, lorsqu’elles se trouvent dans l’espace monumental, elles sont souvent mal conservées (endommagées, restaurations abusives, oubliées dans les réserves) et, surtout, font l’objet de très peu d’études. Le projet ArmmA propose un inventaire critique et exhaustif des décors héraldiques monumentaux de tous support et relevant de toutes techniques, produits en France du milieu du XIIe au XVIe siècle. Cette base permet l’étude d’éléments armoriés isolés et d’ensembles conservés in situ comme de ceux disparus ou déplacés et interroge la forme de l’armoirie, sa visibilité, son interaction avec les autres décors d’un monument et son contexte architectural. ArmmA possède également son compte twitter.

Page d’accueil de la base ArmmA

Cartographie

Le site propose une cartographie des monuments étudiés et le fond de carte utilisé est celui de Google maps. Dans les zones qui ont bénéficié d’une couverture plus ample, l’approche géomatique permet de reconstruire les réseaux et les modalités d’occupation symbolique de l’espace, de retracer l’évolution des usages héraldiques, d’identifier les endroits qui concentrent des armoiries… Cela est évident par exemple pour le Poitou, où la carte fait apparaître une grande abondance de décors héraldiques notamment concentrés dans la ville de Poitiers, en lien probablement à son rôle de lieu de pouvoir.

Dans cette région, elle a également permis aussi de faire émerger l’apparition de réseaux, comme celui lié aux maires de Poitiers. Il en est de même pour les pratiques d’appropriation de l’espace par une personne ou une famille par le biais d’armoiries dans le décor monumental, mises au jour de manière visuellement très forte : à titre d’exemple on peut visualiser sur la carte les armoiries de Pierre d’Amboise, évêque de Poitiers, signalant les lieux dans lesquels s’exerçait sa commande.

La perte d’un grand nombre de décors est compensée par des sources indirectes qu’une collection comme celle de Gaignières permet de connaître.

La France sur la carte établie par ArmmA. Le foyer poitevin est visible en rouge.

Dynamisme de la cartographie historique

La mise au point d’une cartographie dynamique et évolutive (fonction qui n’est pas encore disponible sur la base ArmmA) illustrerait la diffusion de l’héraldique monumentale dans le temps, en identifiant les zones qui présentent, à des moments choisis, une concentration plus élevée d’éléments héraldiques monumentaux. Elle permettrait aussi d’évaluer dans quels moments la disparition des armoiries a été la plus significative et d’enquêter sur les raisons de cette disparition.

Elle permettrait enfin de reconstruire les itinéraires des érudits, source primordiale pour l’étude de l’héraldique monumentale : c’est par exemple le cas d’Henri Frotier de la Messelière, qui dans la première moitié du XXe siècle fit des relevés systématiques d’armoiries visibles en Bretagne dans ses carnets de croquis. Il s’agit parfois de la seule trace d’existence d’ornements aujourd’hui détruits.

De la carte au plan

Cartographier des éléments héraldiques implique d’intégrer les plans des édifices dans les notices pour localiser les décors avec précision (repérer l’emplacement exact de l’armoirie dans l’édifice). Ces plans permettent de saisir la mise en scène de l’espace monumental, en évaluant le rapport entre armoiries et destination d’usage propre à l’espace d’exposition, ou encore les relations entre armoiries appartenant à des individus différents, etc.

Problématiques

Une réflexion est menée sur l’affichage des données sur la carte, pour que ce soit efficace. Cela nécessite d’affiner les fonctionnalités d’origine de la base, par le biais de développements à l’étude qui seront activés au cours de l’année 2022.

Le travail d’inventaire se base sur des missions de terrain, suivies d’un temps d’étude puis de saisies des informations. La couverture du phénomène est donc strictement dépendant de la possibilité de visiter les monuments, notamment de ceux à « haut potentiel héraldique » dont les décors ne sont pas inventoriés. La réalisation d’un inventaire homogène, la formalisation des données, l’identification des armoiries et de leur emplacement sont des activités qui nécessitent un investissement humain, et donc économique, important. C’est pourquoi ArmmA ne peut pas couvrir tout le territoire français de la même manière et certaines régions (la Bretagne par exemple), en fonction des missions qui y ont été effectuées dans le cadre de partenariat avec des DRAC notamment, sont mieux couvertes que d’autres. Un réseau de collaborateurs, ponctuels ou stables, permet d’élargir constamment la zone couverte par le recensement : ce travail de collecte collaborative des données nécessite toutefois une régie scientifique stricte pour s’assurer que les données intégrées dans la base soient toujours correctes, complètes et structurées selon le format établi. Si une vision d’ensemble du « phénomène héraldique » est donc possible seulement à moyen terme (lorsque la couverture d’un territoire se fait significative et que les éléments collectés suffisamment variés), d’autres aspects peuvent perturber cette démarche : c’est le cas des pièces déplacées conservées dans les musées ou des pièces erratiques et remployées, dont l’analyse doit être forcément rattachée au monument d’origine (à savoir donc au moment de leur création) pour que les données qu’elles délivrent puissent servir à l’analyse.

Programme complet de la journée d’étude.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search