Laurent Hablot – Géolocaliser les sceaux et les emblèmes, quelle pertinence ? (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Cette communication part d’un constat : actuellement les 38155 empreintes de sceaux insérées dans la base de données Sigilla (accompagnées de notices illustrées par des clichés 2D et quelques images 3D) ne sont pas géolocalisées. Sigilla n’a pas fait le choix de géolocaliser ses données en raison notamment de la complexité et de la pertinence des enjeux d’une telle opération. Comment géolocaliser un sceau ?

Page de présentation de la base Sigilla

Localiser un sceau

Le sceau recouvre plusieurs réalités : une matrice (l’objet métallique gravé à partir duquel on imprime la cire) originelle possédée par un sigillant (personne physique ou morale) souvent disparue, des empreintes de cire produites à partir de cette matrice, conservées de manière aléatoire, des moulages d’études produits par les sigillographes ou encore des relevés (dessins, clichés) produits par des érudits au cours du temps.

La géolocalisation des données sigillaires peut s’appliquer à ces différents objets.

Ainsi, la localisation peut concerner les empreintes. Si la situation de leur lieu de conservation actuel n’est pas d’un grand intérêt, en revanche ces empreintes sont, en règle générale, appendues à un acte daté et le plus souvent localisé et peuvent ainsi être cartographiées. Il est en revanche fréquent que le lieu de production de l’acte soit différent du lieu d’origine du sigillant qui y a apposé son sceau et qu’un même acte recense plusieurs sigillants.

Il est donc également possible de situer le sigillant qui a produit ces empreintes, parfois localisable, pour l’aristocratie, par son origine familiale renseignée par un nom de terre, ou, dans d’autres cas, par sa fonction (officier, échevin, curé ou abbé, etc.). Mais se référer à l’anthroponymie du sigillant ou au toponyme associé à son nom connait toutefois des limites puisqu’un nom peut être porté par un acteur ne possédant plus le fief en question ou la terre cité peut ne pas être identifiable avec précision (d’où viennent Jean de la Motte ou Hugues de la Roche ?). Par ailleurs, certains princes portent des titres de fiefs où ils ne mettent jamais les pieds : ainsi de René d’Anjou à Jérusalem ou en Hongrie.

Peut-être faudrait-il concentrer cet effort de géolocalisation sur la matrice (quand elle est conservée, ce qui est rarement le cas) et son lieu d’origine ? Celle-ci a elle-même été produite à un endroit, dans tel ou tel atelier mais les informations sont malheureusement trop rares pour permettre un répertoire des ateliers. La localisation de la matrice peut être liée au lieu de résidence du sigillant. Mais un seigneur dispose souvent de plusieurs seigneuries et l’on a souvent affaire à des acteurs gyrovagues, ayant plusieurs résidences (urbaine, rurale), plusieurs fiefs et constamment en déplacement : comment définir par exemple le lieu de résidence de Jean de Berry ? Les inventaires après décès peuvent éventuellement être d’une aide certaine comme dans le cas d’Olivier de Clisson, dont l’inventaire énumère les matrices de sceaux. Là encore, les informations sur le lieu de conservation actuel de ces matrices n’apportent pas grand-chose pour ce type d’enquête, pas plus que les données relatives à une découverte archéologique, encore moins quand elle est illégale (détectorisme) et que l’on a perdu tout élément de contexte. N’oublions pas qu’un sigillant se déplace avec sa matrice, il peut donc la perdre loin de chez lui.

En revanche, une géolocalisation pourrait faire apparaître visuellement un nuage de points des lieux où ont été produites les empreintes issues de cette matrice, c’est-à-dire validés des actes. Mais, là encore, il faut rester prudent sur les résultats : les matrices sont souvent déléguées, et un même seigneur peut avoir plusieurs matrices dissociées de sa personne physique. René d’Anjou comptait par exemple plus de 60 matrices personnelles pour sa chancellerie, sans compter les matrices déléguées pour les territoires qui dépendent de lui et dont la liste n’a pas encore été établie.

La localisation de la matrice est en général liée au lieu de résidence du sigillant. Mais un seigneur peut disposer de plusieurs seigneuries : si c’est un seigneur important, il n’a pas qu’une résidence : comment définir par exemple le lieu de résidence de Jean de Berry ? On a souvent à faire à des acteurs gyrovagues, ayant plusieurs résidences (urbaine, rurale), plusieurs fiefs. Les inventaires après décès peuvent être d’une aide certaine : dans le cas d’Olivier de Clisson, on a pu localiser des matrices de sceaux dans son inventaire. Ces matrices peuvent être retrouvées lors de fouilles archéo-légales ou illégales (détectoristes).

Un sigillant se déplace avec sa matrice. Une géolocalisation pourrait faire apparaître visuellement un nuage de points des lieux où sont produites les empreintes, c’est-à-dire où sont signés les actes. Mais les matrices sont aussi souvent déléguées, et un même seigneur peut avoir plusieurs matrices. René d’Anjou en comptait plus de 60 pour sa chancellerie, sans compter les matrices déléguées pour les territoires qui dépendent de lui.

Problématiques de la géolocalisation des sceaux

Pour Laurent Hablot, s’il y a donc matière à géolocaliser les sceaux, la question se pose néanmoins du point d’entrée de cette géolocalisation. Peut-être faudrait-il penser à localiser d’autres données du sceau comme par exemple l’apparition de titulatures (le terme miles) ou la circulation des modèles iconographiques (motif du combat contre le lion, par exemple), l’apparition de motifs ou de compositions héraldiques (pour visualiser des groupes d’armoiries similaires). En effet, l’étude des sceaux rencontre des problématiques communes à l’héraldique, par exemple à travers la tentative de produire une cartographie des territoires de pouvoir, de diffusion des armoiries sur le territoire dans le temps. L’utilisation d’outils embarqués pour le traitement de l’héraldique et de l’épigraphie, en cours d’élaboration, pourrait permettre de valoriser l’information liée à la géolocalisation.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search