Noëlle Deflou-Leca – Col&Mon : un programme d’analyse spatiale du phénomène religieux médiéval (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Page d’accueil de la base de données Col&Mon

Noëlle Deflou-Leca présente Col&Mon, un projet d’histoire médiévale à la dimension patrimoniale et archéologique. Sont concernés les établissements religieux desservis par une communauté régulière ou séculière, monastique ou canoniale (collégiales). Ce projet, qui accorde une grande importance aux apports de l’analyse spatiale dans la compréhension des phénomènes historiques qui travaillent à petite échelle et sur le long terme (IXe-XVIe siècles), a nécessité un dialogue entre informaticiens, géomaticiens, historiens, historiens de l’art et archéologues. Cette interdisciplinarité a notamment permis de mettre en œuvre différents outils de visualisation, d’exploration et d’analyse des données.

Établissements réguliers et séculiers : fusion de bases interopérables

À l’origine, il s’agissait de deux projets séparés, de deux bases n’ayant pas la même chronologie. L’un sur les collégiales, l’autre sur les établissements réguliers. L’idée était de faire converger les deux objets d’étude pour les étudier ensemble. Col&Mon a donc fusionné ces deux bases pour en constituer une nouvelle et inédite, géolocalisant pas moins de 3330 établissements. Le projet fait appel à la visualisation graphique et cartographique pour distinguer les évolutions des phénomènes communautaires dans l’espace « français » et dans le temps (points colorés pour les statuts – séculier, séculier communautaire, régulier canonial, régulier érémitique…- ou les ordres – bénédictions, clunisiens, etc -).

La cartographie et l’analyse spatiale permettent, d’une part, de comprendre logique d’implantation et de relations entre les établissements. En bougeant le curseur de temps, la carte se modifie. L’abbaye de Savigny (Manche), d’abord indépendante, entre par exemple dans la filiation de Clairvaux. On peut comprendre comment s’est construit un réseau monastique au fil du temps, mais aussi identifier une hiérarchie entre les réseaux : Cîteaux la mère, puis Claivaux, puis Savigny (Beaubec par exemple a encore des dépendances, encore un niveau hiérarchique supplémentaire). Les réseaux de confraternités sont également traités et visualisés dans Col&Mon.

D’autre part, ce projet permet de comprendre les évolutions institutionnelles des établissements monastiques et collégiaux sur le temps long. Ceux-ci ont en effet pu évoluer dans leur nature entrainant une certaine porosité des statuts : de collégiale à monastère et inversement. L’approche graphique permet aussi de proposer une visualisation du synthétique de l’histoire institutionnelle – statut, ordre religieux – de chaque établissement (le plus souvent avant la Révolution) sous forme de chronogrammes.

Collaboration interdisciplinaire

La collaboration entre historiens, géomaticiens/géographes, informaticiens/statisticiens (spécialistes de modélisation) impliqués dans ce projet a été facilitée par la création d’un glossaire permettant de fluidifier les échanges au-delà des différents langages professionnels de chacun.

Des questions sont apparues concernant les modalités d’interrogation des données, via les filtres. Le traitement statistique de la chronologie posait en effet problème pour les historiens en raison de l’incertitude de nombreuses dates dans la documentation médiévale. C’est la raison pour laquelle les interfaces permettent de choisir une interrogation chronologique certaine ou potentielle, du type « avant ou après telle date ». Le remplissage des notices des bases dépend des sources et travaux à disposition et repose sur plus d’une centaine de collaborateurs, historiens, historiens de l’art ou archéologues. Certains bloquent parfois sur l’utilisation de l’outil de saisie. L’ensemble du territoire n’est pas balayé, ce qui explique les concentrations dans l’espace bourguignon, limousin, normand…

Conclusion

Noëlle Deflou-Leca indique pour finir que schémas et cartes sont complémentaires dans le projet : ce ne sont pas des outils exclusifs, mais des manières différentes de présenter les choses. Cartes, graphes et frises chronologiques sont visibles d’un coup d’œil dans les interfaces. Ce n’est pas un logiciel de SIG mais d’analyse des données, on peut donc récupérer les données sur tableur. Par ailleurs, l’accès aux deux bases initiales est maintenu. Elle précise enfin que tous les logiciels utilisés par Col&Mon sont en opendata et interopérables.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search