Sophie Fétro – Visions appareillées : représentations inédites du territoire et diversification des expériences perceptives (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021)

Laszlo Moholy-Nagy, From the Radio Tower.

Au XXe siècle, le recours à des véhicules motorisés pour embarquer des appareils de prise de vue comme les caméras ou les appareils photographiques a changé le regard des acteurs sur leur territoire. Cette vue appareillée, motorisée ou aéroportée, a permis d’inventer de nouveaux points de vue sur le monde, tout en induisant de nouvelles approches artistiques, médiatiques et techniques.

Dès les années 1920, en effet, la photographie aérienne bouleverse doublement le regard des artistes. Visuellement, d’une part, en offrant un angle de vue inédit sur un monde qu’on avait jusqu’alors presque exclusivement fréquenté et dépeint du sol. Mais aussi intellectuellement, en offrant de nouvelles images dans lesquelles la perspective semble s’abolir pour ne plus livrer que des formes géométriques rappelant les expériences de l’abstraction picturale ou du design menées, par exemple par le mouvement de Stijl aux Pays-Bas.

László Moholy-Nagy s’empare de la question dans un article de 1926 (« Geradlinigkeit des Geistes, Umweg der Technik »). Il y propose un dispositif de photographie miniature destiné à équiper des pigeons et qui livre des clichés sans précédent – puisque pris du point de vue du pigeon et plus de l’être humain – correspondant bien à la quête de nouveauté radicale des artistes de l’avant-garde des années 1920. Moholy-Nagy s’intéresse aussi à la photographie aérienne classique, qui trouve des précédents dans les clichés aérostatiques de Nadar ou dans les photographies de surveillance aéroportée de la Première Guerre mondiale. Mais ce qui frappe les artistes, bien plus que le renversement de la perspective désormais dirigée de haut en bas, c’est l’image géométrique presque pure qu’on peut avoir du finage des champs ou du maillage des routes vus du ciel. Elle inspire des représentations comme le Zwei de Kandinsky (1924) ou le Sizilen de Paul Klee qui veulent dépayser le spectateur de sa vision à hauteur d’homme. 

Vassily Kandinsky, Zwei, 1924. Centre Pompidou à Metz.

Au sol, l’essor des vues aériennes suscite aussi une réflexion sur les moyens de la tromper : comment brouiller la vue de celui qui regarde le sol à travers un appareil photographique aéroporté ? C’est à nouveau Moholy-Nagy, dans son New-Bauhaus de Chicago, qui va proposer des expériences de camouflages industriel après Pearl-Harbour. Il utilise son expérience de la vision aéroportée pour dissimuler des structures comme les usines Boeing de Seattle grâce à des toiles géométriques, de la fausse végétation, etc. Après-guerre, le développement de la voiture produit d’autres points de vues appareillés au niveau du sol, qui suscitent là aussi une réflexion. En parcourant et photographiant Las Vegas depuis une voiture, par exemple, Robert Venturi interroge une ville post-moderne, indépendante des contraintes de la marche à pied qui avaient déterminé la taille et la morphologie des villes européennes.

Depuis la fin du XXe siècle, la vue aérienne sur le territoire est renouvelée par de nouvelles techniques, comme les drones et les satellites. Elles offrent un point de vue soit intermédiaire entre le sol et l’air dans le cas du drone, soit une vue qu’on pourrait croire objective dans celui du satellite. Les cartes d’un Pierre Novat ou d’un Mathias Poisson interrogent cependant cette hyperperformance apparente de la vue satellitaire. Leurs cartes tendent en effet à casser l’apparente objectivité de la vue appareillée en dépliant l’espace représenté ou en lui rendant de la sensibilité : elles mettent en avant les faces cachées des montagnes ou déploient le territoire vécu de la ville, par-delà la perspective saisie depuis l’objectif photographique.

Mathias Poisson, Entre les dalles. Carte tirée de son article Cartographier les interstices de la ville.

La révolution des données ouvre, de même, une nouvelle forme d’appareillement de la vue, à même de dépasser celle de l’objectif photographique ou cinématographique. En visualisant sur l’image topographique des phénomènes comme la fréquentation d’un lieu, les données offrent un point de vue inédit sur le monde. De nouvelles dimensions s’offrent au regard, par le biais de ces données de masse, comme la représentation en temps réel des flux de circulation ou la fréquentation d’un quartier.

Visualisation des données de fréquentation de la métropole de Rennes.
Catherine Ramus, Loïc Le Guen, Empreinte collective, Orange lab, 2013. Source

L’appareillage technique de la vision a ainsi permis non seulement de renouveler la perception esthétique du monde, mais aussi de diversifier les points de vue et les modes de saisie de l’espace. L’essor des techniques de prise de vue s’est souvent fait avec un but précis (usage artistique, touristique, militaire, statistique…) mais a toujours induit un renouveau de la perception critique du monde.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search