« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches » (journée d’étude, 24 juin 2021)

Vue de Forges-les-Eaux - Bouchot 5903
Détail de la vue de Forges-les-Eaux. Collection Gaignières, n° 5903. BnF.

Pour composer un « portrait en portefeuille » de la France, François-Roger de Gaignières a rassemblé dans ses recueils topographiques toute la gamme des modalités de représentations de l’espace : aussi bien des cartes de province et des plans de ville que des vues éloignées de paysages urbains ou des plans rapprochés de monuments. L’antiquaire a associé ces approches diverses en jouant sur la progression des échelles pour proposer au lecteur-spectateur de sa collection une « déambulation » virtuelle au sein des territoires du royaume. Le choix du ou des points de vue privilégiés dans la restitution de l’espace apparaît ainsi comme une question centrale dans son entreprise et un axe privilégié pour son étude par l’historien contemporain.

Dans le cadre du programme Collecta, qui offre une reconstitution numérique de la collection Gaignières et des outils d’interrogation de son architecture classificatoire, un nouveau chantier de recherche a été ouvert, en s’appuyant notamment sur une application de sciences participatives, afin de rassembler des données pour écrire une histoire des points de vue à partir des documents visuels rassemblés par l’antiquaire. Il s’agit, en prenant possession nous-mêmes des territoires dessinés par Gaignières, de prendre conscience des partis pris de représentation et de mieux cerner la manière dont il les a approchés pour les intégrer à sa collection. Cette enquête participative qui souhaite tirer parti des connaissances des locaux permet aussi une redécouverte des lieux vécus au quotidien.

Ce projet s’inscrit dans un champ de recherche très riche en histoire de l’art, qui touche aux conditions de perception d’une œuvre plastique ou architecturale dans l’espace du spectateur et aux circulations des formes entre les média, aux opérations de transcription et traduction des trois dimensions vers une reproduction plane, gravée ou dessinée. Le point de vue sur le monument sculpté installé dans l’espace public est un sujet de réflexions chez les artistes, les architectes et les théoriciens qui s’attachent à définir l’efficacité de l’œuvre, c’est-à-dire sa capacité à atteindre son public et à lui transmettre un discours par l’intermédiaire de son dispositif spatial.

La journée d’étude sera l’occasion d’ouvrir une discussion pluridisciplinaire sur ces questionnements, en confrontant des projets en histoire, histoire de l’art, design, architecture et géographie. On souhaite ainsi favoriser les échanges sur les méthodes et les approches réflexives de chaque champ disciplinaire, en abordant aussi bien les bilans et retours de programmes déjà aboutis que les pistes ouvertes par des travaux en cours, afin de comparer les problématiques, les démarches et les outils, dans le cadre des périodes médiévale, moderne et contemporaine.

Programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search