Martin Vailly – Un monde de cartes : matérialités, formes et symboliques des points de vue cartographiques dans la France de Louis XIV (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021)

Petit globe de Coronelli. BnF, Cartes et plans GE A 272 (RES)

Au Grand Siècle, le monde de la géographie peut se voir comme un éventail de lieux, de pratiques et d’objets au croisement du scientifique, du mondain et de l’utile. On y trouve aussi bien les cénacles savants qui publiaient cartes et traités scientifiques que les amateurs de curiosités ou les voyageurs qui truffaient leurs lettres de détails sur les contrées qu’ils visitaient. Une pluralité de points de vue s’y échangeait donc au fil des différentes étapes de l’opération géographique, mais aussi au gré des acteurs et des objets impliqués.

L’opération géographique consistait en effet en une série d’étapes déterminées par le point de vue du géographe : relevés des données sur le terrain ou dans la littérature, objectivation de ces données selon les normes et les techniques d’une science en construction, présentation de ce contenu sur un support (carte, globe, livre) offrant les dehors de la scientificité au regard du spectateur. Le point de vue construit par le géographe se trouvait alors confronté à celui du lecteur qui manipulait l’objet et l’utilisait à sa guise en pouvant (ou non) suivre le chemin qu’avait tracé le savant pour lui.

L’objet géographique en dit ainsi aussi long sur le point de vue adopté par son créateur et sur les conditions sociales et culturelles de sa réalisation que sur la manière dont il était regardé et utilisé par les acteurs.

Ces jeux de points de vue se révèlent tout d’abord à l’historien dans la matérialité même des productions géographiques. Un objet comme le Grand globe de Marly, réalisé sous la direction de Vicenzo Coronelli entre 1681 et 1683 le montre de manière caricaturale. Contrairement aux cartes isolées, aux atlas et aux livres du cartographe, en effet, le globe ne se laissait presque pas manipuler par le spectateur. Ce dernier devait choisir le point d’observation d’où il allait regarder cet objet de quatre mètres de diamètre, installé dans un pavillon à mezzanine du château de Marly. C’était aussi à lui de contempler le globe dans son ensemble, en tournant autour tel un démiurge, ou de s’attarder sur les détails en suivant (ou non) les itinéraires suggérés par Coronelli. Le cartographe avait en effet constellé son globe d’indications qui orientent et guident le regard du spectateur en lui proposant différentes manières d’explorer la carte : des couches d’information diverses qui offrent un point de vue topographique, naturaliste ou encyclopédique sur le monde, des plans de citadelles qui créent des jeux d’échelles sur les établissements qu’il juge intéressants, des indications historiques qui créent des jeux de chronologies, par exemple sur l’exploration coloniale portugaise en Afrique. Une multitude de points de vue s’offrait donc au spectateur – ceux choisis par l’auteur pour figurer sur le globe et ceux rendus possibles par l’installation de cette sphère immense dans le pavillon. Mais c’est lui qui choisissait, à son tour, l’endroit d’où il regardait et les informations qu’il retenait.

L’usage qui était fait des collections et productions géographique déterminait ainsi une pragmatique des points de vue. Ces derniers y étaient à la fois produits et producteurs d’usages concrets des objets géographiques. De façon très utilitaire, en effet, les informations et points de vue réunis sur la carte répondaient d’abord à des enjeux politiques et stratégiques très tangibles. L’importance de la pratique cartographique dans les entreprises militaires ou dans la formations des groupes amenés à y participer (nobles, ingénieurs, etc.), par exemple, en témoigne. La manipulation de l’objet cartographique et le regard que les acteurs portaient dessus permettait non seulement d’acquérir une culture géographique – littéralement de se former un œil sur le monde – mais aussi de se distinguer en faisant la démonstration qu’on maîtrisait ce point de vue, lors de lectures publiques de récits de batailles appuyés sur des cartes, par exemple.

Symboliquement, enfin, le fait d’affirmer son point de vue sur le monde à travers des objets géographiques permettaient de construire ou d’assoir une posture de domination de la nature et des territoires. Une des raisons du succès de la géographie au Grand Siècle tenait en effet dans sa capacité à réduire en images cartographiques le point de vue des voyageurs et des métropoles européennes sur les nouveaux espaces que l’on explorait outre-mers. Coronelli, ainsi, construisit son globe non seulement selon l’allégorie classique de l’Europe régnant sur les quatre parties du monde, mais aussi comme une image du pouvoir divin de Louis XIV. À Marly, en effet, c’est le roi qui ouvrait son cabinet aux visiteurs qu’il avait choisis, auquel il faisait voir son globe selon le point de vue qu’il avait élu, en les guidant comme il le voulait dans les informations peintes sur l’objet. Au milieu des autres instruments, livres et collections du cabinet de géographie de Marly, le globe devenait ainsi le point de départ d’un voyage orchestré par le roi démiurge et sachant à travers un monde qu’il faisait explorer à ses visiteurs selon son propre point de vue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search