Laurent Costa : L’interface Géo (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Programme Alpage : analyse diachronique de l’espace urbain parisien

Comment faire fonctionner des ensembles hétérogènes pour constituer des récits historiques partageables ? Travaillant au sein de l’UMR ArScan qui regroupe des équipes de recherche variées autour de projets en archéologie, Laurent Costa souligne la nécessité de favoriser l’interdisciplinarité et de construire des référentiels et des outils communs. L’espace peut précisément être cette entitée partagée qui permet le dialogue entre les disciplines et les périodes historiques (préhistoire, antiquité, études de mobilier ou de territoire).

Le projet Géo est né à l’occasion du programme ANR Alpage dédié à la spatialisation des données de métiers parisiens fournies par les historiens. La méthode proposée consistait à développer des outils de géo-collaboration. Les équipes se sont mises d’accord sur une série de fonds de carte – notamment le cadastre napoléonien ou l’atlas Vasserot (1810-1836). L’objectif était de géoréférencer les cartes pour en faire un référentiel pour les études historiques sur Paris.

La licence en opendata permet une utilisation sans contrainte (le choix d’une donnée référentielle dépend de l’accès aux données). Le SIG a été construit avec REAGIT (Ressources numériques pour l’archéologie et l’histoire), un outil de webmapping transactionnel accessible à l’ensemble des partenaires du programme avec une administration centralisée des droits et des accès mais permettant de développer des cadres de collaboration spécifiques à chaque projet. En back office, l’outil permet de générer des front offices cartographiques.

La question de la maintenance apparaît ici cruciale : les projets ANR ayant une fin, il fallait trouver un moyen d’éviter de devoir rouvrir les mêmes chantiers à chaque projet. Pour cela, il faut pouvoir assurer une maintenance au-delà de la durée de vie du projet lui-même.

Le programme a été récupéré par la TGIR Huma-Num et a connu une  migration vers l’application GEO sans problème de pertes de données au passage. GEO est facile d’utilisation et se sert de la solution déjà développée dans le projet ANR Alpage. Il a été très important de pouvoir bénéficier des partenariats internes et externes (TGIR Humanum). ArcheoFab est un programme transversal qui a permis de poursuivre le développement, dans le cadre du consortium Huma-Num Paris – Time Machine (PTM).

Différents chantiers sont actuellement engagés, à la fois sur les référentiels (pour spatialiser en masse des données de base, pour produire également des référentiels topométriques sur la topo ancienne / toposocio/ parcellaire…), les outils (Oronce Fine pour les corpus de données notamment les images/ Géo pour l’approche par l’espace/ Heurist, sur les données).

Mises en application concrètes : Alpage/ la carte archéologique de Paris (accessible sur les téléphones portables, pratique pour se balader dans Paris). D’autres projets/outils de recherche sont en cours de développement.

C’herloQ : carte archéologique de Chartres : https://geoapps.huma-num.fr/adws/app/a1d4c292-1a81-11ea-90d4-13f67c76c7dc/ .

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search