Kim Sacks : « Métadonnées et visualisations : design pour l’automatisation » (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Mark Lombardi, World Finance Corporation, Miami, c. 1970-79 (4th Version), 1997 (New York, The Museum of Modern Art, The Judith Rothschild Foundation Contemporary Drawings Collection Gift)

Comment construire un modèle de visualisation et d’exploitation de données géo-référencées ? Kim Sacks envisage la question du point de vue du design, en interrogeant les rapports entre données et modèles.

Il évoque d’abord le travail de l’artiste Mark Lombardi, dont les œuvres reposent sur la construction de réseaux de relations, pour montrer que c’est de cette mise en réseau qu’émergent des connaissances nouvelles, des liens inattendus. Il s’agissait toutefois d’une pratique plasticienne, sans interface numérique. Le projet LittleSis, qui se revendique de l’héritage de Lombardi, repose cette fois sur la mise au point d’un outil numérique qui intègre de la donnée collaborative.

On trouve des applications de cette approche dans tous les champs de la société. Dans le domaine sanitaire, les données sur le coronavirus sont collectées et assemblées, quasiment en temps réel, dans un programme monté par la Johns Hopkins University , le Coronavirus Resource Center, sur le système ArcGIS, qui permet un recensement des cas et des victimes, une visualisation sur une carte, la mise en place de code couleur (en exploitant la valeur de danger de la couleur rouge) et de points proportionnels.

Données et modèles

Du point de vue du designer, la géolocalisation est une donnée comme une autre, qui peut être traitée visuellement de diverses façons, quelle que soit la discipline à partir de laquelle on veut l’étudier (histoire de l’art, économie, etc.). Il est donc essentiel d’identifier les implications et l’importance de tel ou tel type de représentation.

Dans le cas du Coronavirus Resource Center, l’outil doit notamment permettre l’identification de l’indice de positivité au Covid-19 : pour cela, le site propose une cartographie par température de l’indice en utilisant des codes de couleur culturellement bien compris (du vert au rouge, de la tranquillité à l’inquiétude).

La démarche illustre la définition du design des données proposée par Andy Kirk (Data visualization: a handbook for data driven design) :

« La représentation et la présentation visuelles des données pour en faciliter la compréhension ».

Pour le designer, il s’agit d’élaborer un outil à l’intermédiaire entre producteurs de documents et usagers, en réfléchissant aux moyens à mettre en œuvre pour visualiser les données.

Inspection et métadonnées

Le travail sur les données implique quatre groupes d’action : l’acquisition (sources de données), l’inspection (des sources de données), la modification (adaptation) et l’exploration (non pas l’interface mais le process du design).

La prise en compte de ces étapes est déterminante pour permettre de faire face aux différents cas (par exemple lorsqu’on doit envisager des données incomplètes). L’inspection, qui s’applique à différents types d’objet (textual/nominal/ordinal/interval/ratio) suppose ainsi une large gamme de modalités (catégorique/hiérarchique/relationnelle/temporelle/spatiale). Face à une masse très importante de données qui ne peuvent être traitées manuellement (le big data) le designer doit concevoir des process qui vont en automatiser le traitement.

Le choix des métadonnées doit aussi intégrer les principes du web sémantique, qui permet et organise le partage des données. Ces métadonnées permettent au designer de se réapproprier les données et d’élaborer la dimension visuelle de l’interface en respectant la forme du document. Dans ce cadre, la coordonnée GPS apparaît comme une métadonnées centrale pour la compréhension de certains sujets, comme dans le projet Mapping segregation développé par le New York Times en 2015.

Expérience et connaissance

L’émergence d’une connaissance à partir de la visualisation et de l’exploitation des données dépend donc de la qualité de l’expérience utilisateur au cours de ses différentes phases (perception, interprétation, compréhension), comme l’illustre la référence à une étude du New York Times sur les effets d’une politique de logement raciste (« How decades of racist housing policy left neighborhoods sweltering », 2020).

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search