Olivier Marlet : « L’Atlas archéologique de Touraine et sa plate-forme de webmapping » (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Atlas archéologique de Touraine

Olivier Marlet propose une présentation de la plateforme et de son histoire : développée à l’université de Tours à partir de 2005 sous la direction d’Elisabeht Zadora-Rio, elle s’est appuyée sur l’utilisation successive de plusieurs outils (d’abord MapInfo ; puis ArcGIS ; enfin QGIS).

L’atlas permet d’afficher sur une carte les données recueillies à l’échelle de la fouille (une photo avec quatre points dont on collecte les coordonnées GPS) et à l’échelle de la ville. Un pénétromètre permet de connaître la résistance du sol sur une dizaine de mètres : on peut cartographier la densité du sous-sol sans avoir creusé. L’atlas met ainsi en valeur l’intérêt d’une spatialisation des fouilles archéologiques, comme l’ont montré des travaux récents (par exemple la thèse de Nicolas Poirier sur l’espace rural en Berry).

Les notices cartographiques constituent, sous forme numérique, le 53e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France. Le projet combine ainsi à la fois l’approche webmapping et la dimension de publication. Les notices sont regroupées selon diverses thématiques. On les aborde par la carte (conçue comme un fichier JPEG, pas tout à fait dynamique, elle permet tout de même d’associer à chaque point une étiquette au survol de la souris) puis on peut prendre connaissance du texte explicatif de la notice (les cartes sont associées à une partie spécifique du texte, avec un glossaire par infobulle, des rappels thématiques vers d’autres notices, les sources citées et la bibliographie).

La partie webmapping, déjà un peu ancienne (2014), n’est pas mise à jour, ce qui peut entraîner quelques difficultés ou lenteurs de connexion liées aux filtres de sécurité, selon l’endroit d’où l’on se connecte (en dehors de l’université de Tours, le chargement de la page peut prendre quelques minutes). Sur un côté de l’écran, on trouve une liste des couches disponibles : les lieux sont traités par thèmes (circulation, défense, religion, mort/thème funéraire) et par subdivisions (fonds de carte/limites départementales). Sur l’autre côté, on peut sélectionner la zone géographique considérée (canton, département) et la période historique.

D’autres programmes en archéologie mettent en œuvre des outils d’exploitation et de visualisation de données géo-historiques :

  • L’ICERAMM (Information sur la CÉRAmique Médiévale et Moderne) propose une image cartographique statique avec des points affichés générés par une librairie PHP (les coordonnées sont transformées en points pixel). On peut aussi figurer une zone de production attestée ou supposée, donc représenter graphiquement l’incertitude.
  • L’AERBA (Atlas des établissements ruraux de la Beauce Antique) exploite les prospections aériennes, avec l’outil QGIS2Web qui permet d’exporter les données en format json et génère une carte facilement. On n’a pas besoin de serveur, simplement du langage HTML, de javascript et du fichier json. On peut générer des fonds à partir d’OpenStreetMap ainsi que d’autres couches. A chaque fois qu’on clique sur un point, on obtient les informations du fichier json et un lien dynamique vers la notice longue.
  • Solidar (Diachronie de l’occupation du sol : télédétection LIDAR en forêt Chambord, Boulogne, Russy, Blois) s’intéresse aux micro-reliefs, à la micro-topographie du sol en forêt de Chambord, en supprimant virtuellement la couverture végétale. L’interface exploite le même système que l’AERBA.
  • L’ANAGC (Atlas numérique de l’artisanat en Gaule Centrale) propose un inventaire issu d’un dépouillement bibliographique reporté sur une carte. Le projet est en cours et n’est pas encore accessible.
  • L’EVENA (évaluation archéologique d’une agglomération d’origine protohistorique) repose sur des prospections pédestres sur des zones de la commune d’Esvres (Indre-et-Loire) où a été retrouvé du mobilier. L’outil exploitera le fond cadastral actuel ou napoléonien, mais n’est pas encore officiellement publié.
  • Olivier Marlet évoque enfin la publication électronique des fouilles de Marmoutier (notices et SIG en ligne), qui met en valeur les constructions, en représentant par exemple les murs en surbrillance : par un clic sur l’objet, on accède à la base de données en ligne (ArSol, archives du sol) et à la notice complète.

Après la présentation d’Olivier Marlet, Elisabeht Zadora-Rio participe à la discussion sur les problématiques soulevées par le projet de webmapping. La question des normes et des standards de visualisation est notamment évoquée : les projets doivent composer entre la mobilisation de codes graphiques admis par la communauté, et la nécessité d’en inventer certains, en prêtant une attention particulière à l’impératif de lisibilité (les filtres permettent de moduler le nombre d’informations affichées). L’outil permet de « cartographier l’incertitude », donc de maintenir un regard critique sur la nature des données représentées.

Olivier Marlet évoque également les enjeux de l’interopérabilité et du choix des autorités utilisées : le site Geonames offre un référentiel essentiel, d’autant qu’un utilisateur inscrit peut ajouter de nouveaux lieux dans la base.

Enfin, la maintenance à long terme des outils numériques ouvre des questions plus techniques liées à l’évolution des logiciels et des systèmes, qui imposent un suivi très régulier.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search