Projet de carte interactive des tombeaux de l’abbaye de Saint-Denis – Giorgi Karalashvili, Amine Benmeddour, Thomas Perrier

Tombeau de Jean II, roi de France, à Saint-Denis, Louis Boudan 1672 – 1715, BnF

L’abbaye de Saint-Denis a connu tout au long de son histoire des transformations conséquentes. Après plusieurs agrandissements pendant les siècles qui suivirent sa création à l’époque mérovingienne, l’église fut notamment modernisée par l’abbé Suger au XIIe et au XIIIe siècle lors de campagne de rénovation de la façade et de l’édification du chevet. Au même moment, la basilique s’affirme comme la nécropole des rois de France, et devient  un lieu de mémoire incontournable de la monarchie française. Plus tard, au début du XVIIIe siècle, le grand prieur Arnoult de Loo et Robert de Cotte initient un nouveau chantier de rénovation en détruisant les anciens bâtiments et le cloître roman pour reconstruire au même emplacement des bâtiments modernes. Ces travaux sont achevés au milieu du siècle, avant la suppression de l’abbaye et la profanation des tombes pendant la Révolution.

La collection de François-Roger de Gaignières contient tout un ensemble de dessins de tombeaux et de gisants d’abbés, de prieurs et de religieux de l’ancienne abbaye de Saint-Denis, en plus des planches consacrées aux très populaires sépultures royales. Ces tombeaux, autrefois enterrés dans le cloître roman et détruits lors des rénovations du milieu du XVIIIe siècle, ne sont aujourd’hui plus visibles, et leur emplacement exact reste encore inconnu. En revanche, François-Roger de Gaignières nous fournit, dans ces dessins, quelques indications spatiales approximatives sur leur position.

Saint-Denis, la ville et l’abbaye (le cloître roman) Monasticum Gallicanum St Germain, 1690.

De ce fait, l’objectif de ce projet a été de valoriser les données qu’apportent la collection Gaignières sur ces tombeaux en les visualisant au sein de l’abbaye grâce à une interface numérique. Cette dernière devrait pouvoir donner à son utilisateur une vue d’ensemble de ces sépultures ainsi que des informations plus précises sur chacune d’entre elles.

Nous avons imaginé un dispositif de médiation numérique sous la forme d’une carte interactive de l’abbaye à l’époque de Gaignières (comprenant l’église et l’ancien cloître) et affichant l’ensemble des tombeaux répertoriés dans la collection (rois et ecclésiastiques). Ces derniers seraient visibles sous la forme de petits signets numériques et fonctionneraient comme des hyperliens en renvoyant vers la page Collecta du tombeau associé. Pour faciliter la navigation, l’utilisateur aurait la possibilité de filtrer le type de tombeaux visible à l’écran, en termes de date ou d’appellation du défunt.

La première étape du travail a été de rassembler et de classer l’ensemble des tombeaux de l’abbaye répertoriés par François-Roger de Gaignières. Pour ce faire, nous avons parcouru l’ensemble des planches de la collection associés aux tombeaux de l’abbaye, que nous avons répertoriés dans un tableau comprenant le nom du défunt, l’année de son décès, et les indications de Gaignières quant à son emplacement.

Tableau répertoriant les tombeaux ecclésiastiques de l’abbaye de Saint-Denis

Nous nous sommes ensuite intéressés plus particulièrement au tombeaux des membres de l’ancienne abbaye, que nous avons classés selon deux critères : l’appellation de l’ecclésiaste et l’ancienneté de la sépulture. Puis, à partir des indications de Gaignières, nous avons placé chacun des tombeaux sous la forme de signets sur le plan de rénovation du cloître dessiné par Jean Mariette en 1727, en comparant avec la vue en perspective de l’abbaye extraite du Monasticum Gallicanum de 1690. La forme de chaque signet renvoie à l’appellation du défunt (carrés pour les abbés, cercles pour les prieurs, grands-prieurs et sous-prieurs, triangles pour les religieux, étoiles pour les autres appellations) et la couleur correspond à un siècle (Rouge, Orange, Jaune, Vert, Bleu, Violet, Blanc, Noir). Cette ébauche de plan sert de base au plan numérique du cloître.

Prototype de carte de l’ancienne abbaye (basilique et ancien cloître)

La version finale du projet se présente sous la forme d’une page Internet appelée “Rotate”. Cette page sert de compagnon de visite aux visiteurs de la basilique Saint-Denis, et permet de donner une vision globale de l’emplacement des tombeaux royaux et cléricaux de l’abbaye ainsi que des renseignements plus détaillés pour chacun d’entre eux. Sur la page d’accueil, l’utilisateur retrouve la carte de la basilique et du cloître sur laquelle sont présents l’ensemble des tombeaux, organisés selon la légende énoncée précédemment. Il peut filtrer leur affichage par siècle en interagissant avec la roue (à l’emplacement de la chapelle des Valois) ou par appellation du défunt en cliquant sur la catégorie correspondante. Lorsque l’utilisateur sélectionne un tombeau, un petit cartel apparaît avec le nom du défunt et l’indication spatiale donnée par Gaignières, ainsi qu’un hyperlien renvoyant vers la page correspondante sur Collecta.

Page d’accueil de “Rotate”

Trois onglets secondaires, plus centrés sur les tombeaux des rois, servent de complément à la carte interactive : le premier renvoie à une fiche biographique du défunt, le second sert de passerelle avec d’autres représentations (dont les dessins de la collection Gaignières) et le troisième donne des indication générales sur le tombeau en lui-même et sur les tombeaux environnants.

Fenêtre détaillée du tombeau de Jean II le Bon

Les indications de Gaignières sont parfois approximatives, aussi bien par rapport à l’emplacement des tombeaux qu’aux informations relatives aux abbés. Il en va de même pour la datation, incomplète ou absente de certains tombeaux. De ce fait, des recherches approfondies concernant ces données manquantes pourraient être menées pour compléter l’interface visuelle.

Billet rédigé par Giorgi Karalashvili, Amine Benmeddour et Thomas Perrier.



Citer ce billet
Rédaction (2022, 15 décembre). Projet de carte interactive des tombeaux de l’abbaye de Saint-Denis – Giorgi Karalashvili, Amine Benmeddour, Thomas Perrier. Collecta. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n055

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search