Trône dit “de Dagobert” : Paul-Arthur Lemarquis, Kristina Zhltsova, Thomas Perrier

Trône de Dagobert, du trésor de Saint-Denis, Louis Boudan, 1670 – 1715, Bibliothèque Nationale de France.

Le trône dit du roi Dagobert est un objet dont la forte valeur iconographique contraste avec toutes les incertitudes qui l’entourent. Il est mentionné pour la première fois par l’abbé Suger en 1147 dans De administratione, où ce dernier affirme que le trône a été fabriqué par Saint Eloi, orfèvre et trésorier du roi Dagobert 1er (602/605 – 638/639), en même temps qu’un siège royal en or suite à une commande du roi Clotaire II. Suger mentionne la grande valeur symbolique du trône : selon lui, « les rois de France avaient coutume de s’asseoir, après avoir pris en main le pouvoir, pour recevoir pour la première fois l’hommage des grands de leur royaume ». Par la suite, le trône devient un symbole de la dynastie mérovingienne et figure dans de nombreuses représentations de couronnement et de sacres, comme celui d’Hugues Capet ou de Jeanne de Bourbon, selon les enluminures des Grandes Chroniques de France. Au XVIIIe siècle, sous l’impulsion de François-Roger de Gaignières et de Bernard de Montfaucon, le trône commence à être représenté en temps que tel, sur forme de planche documentaires.

Montfaucon, Les Monumens de la Monarchie française, t. I, Paris, 1729, pl. III

En 1791, le trône est déplacé dans la Bibliothèque Nationale de France avec une partie du trésor de Saint Denis, et n’est réutilisé officiellement qu’en 1804 par Napoléon 1er lors de la remise des Légions d’Honneur au camp de Boulogne. Il devient alors un objet de musée, symbole d’une époque révolue, et son traitement dans les arts visuels se diversifie. Parmi les Beaux-Arts, on le retrouve notamment dans des peintures de style troubadour, comme Le roi Louis VII prend l’oriflamme à Saint-Denis, 1147 de Jean-Baptiste Mauzaisse (1840) où les artistes utilisent les planches documentaires du trône et d’autres artéfacts médiévaux, comme celles de Robert Von Spalart, comme source d’inspiration visuelle. Ce même usage des planches se retrouve dans les arts populaires, en particulier dans les illustrations de la comptine du “Bon roi Dagobert”, rédigée au milieu du XVIIIe siècle comme une critique subtile de la monarchie. Enfin, la forme particulière du siège a inspiré un style de mobilier éponyme : le style Dagobert.

Le roi Dagobert Ier (c 603-39) met son pantalon dans le mauvais sens, illustration de France, Son Histoire; de G. Montorgueil, vers 1910.

En comparant les représentations du trône, on remarque que sa réception et le discours construit sur lui changent en fonction de son statut : d’un simple siège il devient “le trône de Dagobert” selon Suger, et un élément fondamental du trésor de Saint Denis et des régalia françaises. Puis, à mesure que la pertinence des dynasties médiévales diminue, le trône devient un symbole d’un passé révolu, achevé, et est traité sous l’angle de la documentation, de la nostalgie, voire de la parodie. La forte connotation symbolique du trône, liée à son histoire et à son apparence iconique, en fait un instrument important dans la construction du regard porté sur le Moyen Âge et les dynasties mérovingiennes.

L’objectif du projet a donc été de représenter visuellement l’évolution des représentations du trône et de sa signification au travers de trois périodes chronologiques délimitées par trois dates clefs : le règne de Dagobert (VIIe siècle), la mention du trône par l’abbé Suger (VIIe siècle – 1147), et le transfert du trône à la Bibliothèque Nationale (1791). Pour ce faire, nous avons imaginé un dispositif de médiation sous la forme d’une borne numérique située à côté du trône, dans le musée de la Bibliothèque National de France, destinée à aider le visiteur à appréhender sa richesse iconographique au travers plusieurs onglets.

page d’accueil de la borne intéractive

Le premier onglet sert de complément au cartel du musée: il propose au visiteur une description hiérarchisée du trône et de ses différentes parties. Grâce à un scan 3D du trône visible à gauche, le visiteur peut appuyer sur plusieurs éléments de décors mis en évidence dans la partie descriptive à droite, et un zoom s’effectue ensuite sur la partie ciblée. L’objectif de cet onglet est de créer une familiarité avec l’apparence visuelle du trône et en particulier les éléments importants de son décor (protomés de panthère), pour permettre au visiteur d’appréhender sa présence et sa signification dans les images présentées ensuite.

Onglet “Description” de la borne intéractive

Le deuxième onglet contient l’élément principal du dispositif: une frise chronologique mettant en parallèle les statuts du trône (siège, trône, objet de musée) sur la partie supérieure et différentes représentations visuelles du trône (enluminures, vitraux, gravures…) sur la partie inférieure. Elle est séparée en trois parties distinctes reprenant les trois jalons énoncés précédemment. Chaque image qui ponctue la frise est cliquable et fait apparaître un cartel détaillé avec des informations complémentaires sur la représentation du trône. Grâce à cette frise, le visiteur peut appréhender la diversité des types de représentations (enluminures, vitraux, mobiliers) et l’évolution du discours qui s’y rattache (symbole de légitimité monarchique, icône emblématique du Moyen-Age…)

Vue d’ensemble de la frise chronologique
Exemple de cartel détaillé

En complément de la borne présente à côté du trône dans le musée, nous avons imaginé décliner ce dispositif sous la forme d’une page Web ou d’une application de visite. Nous avons également souhaité insérer cette borne au sein de la Basilique Saint-Denis afin de mettre en évidence une partie de l’histoire du trône : sa place au sein du trésor de l’abbaye. Afin de simuler sa présence, un hologramme de ce dernier serait ajouté.

billet rédigé par Paul-Arthur Lemarquis, Kristina Zhltsova et Thomas Perrier.



Citer ce billet
Rédaction (2022, 15 décembre). Trône dit “de Dagobert” : Paul-Arthur Lemarquis, Kristina Zhltsova, Thomas Perrier. Collecta. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n054

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search