Jérémy Delmulle : « Les voyages littéraires mauristes (XVIIe-XVIIIe siècles) : édition électronique, network mapping et cartographie dynamique » (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Edmond Martène et Ursin Durand, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, Paris, F. Delaulne, 1717.

Jérémy Delmulle présente son projet en cours d’édition et de cartographie du Voyage littéraire d’Edmond Martène et Ursin Durand, une source qui propose, à l’instar de la collection Gaignières, une expérience sensible du terrain.

Publié en latin en 1717-1724, le Voyage littéraire fournit des relevés épigraphiques et archivistiques, des descriptions de la liturgie ou des pratiques monastiques. Il constitue un réservoir de documents et de monuments examinés de visu et offre ainsi une photographie détaillée de la France monastique bénédictine à la fin du règne de Louis XIV.

Le texte de Martène et Durand s’inscrit plus largement dans le cadre de l’œuvre des mauristes (comme Jean Mabillon ou Bernard de Montfaucon) qui ont effectué de nombreux déplacements et en ont rédigé des comptes rendus pour produire de grands ouvrages historiques comme la fameuse Gallia Christiana. dont une nouvelle édition est décidée en 1710 (parution du premier volume dès 1715).

Une édition électronique annotée

Une édition a d’abord été réalisée, à l’origine, sous la forme d’un tapuscrit microfiché, ensuite converti en format Word puis édité en XML-TEI. Le but était de fournir un outil simple d’utilisation (voir les Inventaires mauristes sur Thecae).

L’unité de base de cette édition est le paragraphe. Les noms (de personnes ou de lieux) ainsi que les datations ont été indexés. Les notes manuscrites de Martène avant l’impression de l’ouvrage sont parfois plus complètes pour les lieux ou les dates : l’édition électronique annotée permet ainsi de rendre compte du millefeuille documentaire que constitue le travail des mauristes.

Une projection cartographique de l’itinéraire

La visualisation cartographique sera un outil heuristique ; les indications fournies par Martène sont assez précises pour reconstituer un itinéraire vraisemblable.

A chaque ville ou monument visité, on peut associer des coordonnées GPS, donc une position sur une carte. Une indexation est mise en œuvre dans le logiciel d’édition électronique afin de contextualiser les références sur des cartes géo-référencées – par exemple celle de Cassini, publiée 50 ans après le texte de Martène – pour mieux percevoir les routes et chemins empruntés. La carte des provinces de la congrégation de Saint-Maur révèle aussi la logique des déplacements. Sur la carte, chaque étape apparaît comme un point qui dispose d’une notice, illustrée d’une photo, avec la date de séjour et le lien vers l’édition électronique par un renvoi au paragraphe précis où le lieu est cité. On peut ainsi facilement naviguer entre texte et carte, et suivre le voyage aussi bien dans sa dimension littéraire que géographique.

Trouver les bons outils cartographiques est une étape complexe et les éditeurs ont rencontré plusieurs difficultés. Il fallait notamment mettre au point une cartographie dynamique, puisque c’est une progression qu’il s’agit de visualiser.

Vers un portail de l’érudition moderne

Ce projet de portail, actuellement en cours de préparation, se construit sur la partie cartographique de l’édition. Le Voyage littéraire offre en effet une porte d’entrée vers le monde de l’érudition mauriste moderne : les mêmes lieux sont visités à plusieurs années d’écart par des érudits qui ont gardé des traces de ces passages dans leurs notes. Pour enrichir l’outil cartographique, on peut ainsi combiner les données fournies par Martène avec les autres voyages littéraires (la correspondance des mauristes, les manuscrits de dom Mabillon ou de dom Michel Germain). Il est notamment prévu d’exploiter différents fonds de carte.

Pour donner plus d’ampleur au projet, on renseignera les liens vers d’autres bases de données existantes (Collecta, Bibale, Mémoire, Thecae, Initiale, Jonas, Gallica, BMA, Telma, POP, Monumentum). Enfin, on proposera également une bibliographie à jour.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search