Colloque international : « Des pratiques antiquaires aux humanités numériques », 7 & 8 avril 2016, École du Louvre.

Le colloque « Collecta. Des pratiques antiquaires aux humanités numériques » a été organisé par la communauté d’universités et d’établissements (COMUE) HÉSAM dans le cadre du programme Paris nouveaux mondes (PNM), l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne et l’École du Louvre les 7 et 8 avril 2016. Ce colloque fut l’un des aboutissements du projet Synergie lancé entre ces établissements en juin 2014 : « Collecta. Archives numériques de la collection Gaignières ».

Il ne s’agissait pas pour les participants de dresser un bilan des projets de bases de données et sites web aboutis ou en cours, mais de faire dialoguer, de confronter des projets contemporains avec des entreprises historiques telles que celle de François-Roger de Gaignières, de l’antiquaire nîmois Anne de Rulman, des encyclopédistes Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert ou d’autres personnalités qui ont mis en place, en leur temps, des modes de collecte, de taxinomie, d’organisation raisonnée, de visualisation et de diffusion de la connaissance. La prise en considération du numérique et son affirmation comme une forme du savoir intégré dans une histoire épistémologique et cognitive plus ample a donc sous-tendu la réflexion et les débats des deux journées. La lecture croisée et transdisciplinaire d’historiens, d’historiens de l’art, de littéraires, de conservateurs de bibliothèque, de philosophes et de designers, des processus classificatoires et des modèles visuels des connaissances, d’hier et d’aujourd’hui, ont fait émerger plusieurs questions autour des notions d’outil, de reproduction, de structure relationnelle, de visualisation et d’intuition.

Indissociable d’une dimension encyclopédiste, les humanités numériques, par la constitution de bases de données et d’interfaces travaillées dans leurs formes et leurs structures, trouvent leur raison d’être à travers le plaisir de constituer une documentation érudite, la découvrir, la partager et l’enrichir d’usages divers, donnant un nouveau souffle au projet universaliste de Diderot et d’Alembert.

Ce billet se limite à donner un aperçu, à travers les lignes suivantes, des réflexions menées durant ces deux jours et des projets qui y ont été présentés. Le lecteur, l’étudiant ou le chercheur qui souhaiterait approfondir ces questions trouvera les actes du colloque en libre accès numérique complet. Des exemplaires imprimés sont également disponibles, notamment auprès de l’École du Louvre.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 0313, f. 001v

Sans conteste, le numérique peut être mis au service des pratiques historiennes en palliant par exemple les déficiences de mémorisation, en favorisant la rapidité de calcul, en offrant une meilleure accessibilité aux reproductions des objets d’étude, en permettant de les examiner de façon inédite (par des zooms, des éclairages rasants, des reconstitutions 3D, etc.), en résolvant en partie des problèmes de stockage, d’archivage et de conservation. Mais davantage qu’un outil, l’informatique peut contribuer à la création d’instruments permettant de voir autrement les objets d’étude et capables d’engendrer de nouvelles configurations du savoir aux effets souvent féconds.

Pierre-Damien Huyghe suggère précisément de solliciter l’informatique autrement que sous l’angle du service, mais dans sa dimension créative potentielle, de la même manière que s’émancipa, au XIXe siècle, la « technique » de la photographie, encourageant à faire exister « le grain de la reproduction » et à produire des reproductions capables de « donner le change à la contemplation de chefs-d’œuvre ». En effet, au cœur des processus informatiques, comme avant le dessin, la gravure ou la photographie, se pose la question de la reproduction. À l’échelle de l’objet, même si l’écart de matérialité est patent, la tentation est forte d’effacer la distance entre l’objet et l’image numérique.

Claudie Voisenat nous met en garde contre ce que Jean-Marie Schaeffer appelle la « tentation de la mimesis ». Elle met en évidence ce que la base de données BÉROSE est : le reflet de l’état des connaissances des ethnologues participant au projet en 2016 ; et ce qu’elle n’est pas : l’état de sociabilité savante en matière de traditions populaires à la fin du XIXe siècle. Il importe de sensibiliser l’internaute au constat qu’il n’y a pas « d’immaculée représentation », autrement dit une base de données ou une image numérique ne sont jamais les objets de référence eux-mêmes, elles induisent une façon de présenter le monde et de le comprendre. Toute reproduction implique des variantes, de petits arrangements et des déformations.

Pascal Schandel montre ainsi comment le format du dessin chez Gaignières entraîne une transformation de l’original. Lors du passage au numérique, cet écart entre l’objet source et sa version numérique peut s’avérer important. Si certains tentent de le réduire, d’autres préfèrent assumer cette différence. Pour Dominique Jarrassé, le passage au numérique entraîne une sorte d’hybridation, résultant du croisement de documents et de techniques très diverses. Loin de constituer un problème ou une trahison dès lors qu’il est avéré, les humanités numériques conduisent à une production d’objets volontairement polymorphes. Indéniablement, les documents sont donc modifiés par cette lecture médiatisée et leurs usages diversifiés.

Être attentif au passage d’un médium à l’autre et à ce qu’il y a d’actif dans le processus mis en oeuvre, à l’instar d’une traduction, est crucial pour l’historien, mais aussi pour le designer. Intervenir sur le design de l’interface de saisie du back office, lieu invisible pour l’internaute où se jouent précisément les métamorphoses et les possibles, est, selon Anthony Masure, primordial pour maîtriser l’ensemble de la « chaîne de transformations » des données afin de ne pas dissocier l’organisation des informations brutes de la façon dont elles seront rendues consultables à l’écran.

En effet, l’organisation des données ne peut être séparée des modalités de restitution des connaissances, elles-mêmes sous-tendues par une problématique définie. Marianne Freyssinet a analysé les différences de classement et de profondeur de description élaborés en son temps par Anne de Rulman selon qu’il traite des antiquités de l’ensemble de la Narbonnaise ou de la seule ville de Nîmes. Les tensions qu’elle observe entre ordre et confusion, entre classification et insertion d’objets épars sont autant de symptômes d’une discipline antiquaire tiraillée, en ce début du XVIIe siècle, entre traditions et nouveautés historiographiques.

De même, comme le montre Sarah Kremer, la construction graphique et typographique du Französisches Etymologisches Wörterbuch traduit l’approche génétique de la notion d’étymologie par son auteur Walther von Wartburg. La forme que les bases de données et les sites web adoptent est ou devrait également être le reflet des problématiques de recherche, des hypothèses de travail, de la constitution préalable de corpus, des questionnements sous-jacents auxquels la masse de données traitées répond. Dans l’intervalle entre le contenu scientifique et sa traduction numérique, le designer peut jouer le rôle de passeur, qui ne propose pas seulement un affichage attrayant mais pense la pertinence de la forme au regard du contenu en vue de sa compréhension.

nterface du projet E.A.T. Datascape présenté par Christophe Leclercq montre combien les modalités d’apparition de l’information en « paysage de données » traduisent visuellement les logiques curatoriales et la complexité des expériences vécues par cette association d’artistes et d’ingénieurs dans les années 1970, mais aussi la problématique de recherche de l’historien de l’art qui les étudie.

E.A.T. Datascape. Page de
l’acteur Robert Rauschenberg. Capture d’écran. CC BY Médialab – Sciences Po, 2016.

C’est pourquoi le projet présenté par Claudia Rabel sur les manuscrits de Chartres, propose d’envisager le codex médiéval chartrain dans ses liens avec son lieu de conservation mais aussi son lieu de production, son contexte de création intellectuelle, sa fortune critique, etc.

Le projet ENCCRE, exposé par Élise Pavy-Guilbert, a l’ambition de mettre en relation les articles de l’Encyclopédie avec les sources utilisées par leurs rédacteurs afin de reconstituer la bibliothèque, le musée et la culture imaginaires et immatériels des savants des Lumières.

Le projet de reconstitution des bibliothèques de Mazarin, dirigé par Yann Sordet et fondé sur la correspondance entre les inventaires et les ouvrages conservés, propose de son côté « un écosystème éditorial en ligne qui [permet] de “suivre” un livre depuis son entrée dans la collection jusqu’à la localisation actuelle ».

La mise en liens génère une structure des données propre à chaque projet. Le modèle conceptuel de représentation des métadonnées proposé par Adeline Levivier pour le projet E-stampages, rassemblant des collections d’origines diverses et combinant plusieurs objectifs (conservation, archivage, collaboration scientifique et diffusion), permet l’existence d’une réelle hiérarchie entre des informations hétérogènes dont les relations doivent être explicitées.

L’expérience du catalogue du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, rapportée par Corinne Le Bitouzé et Jude Talbot, montre que, pour répondre à la nécessité de redonner une structure à la masse de documents sans cesse croissante et afin de permettre à l’utilisateur de naviguer dans le dédale des collections, il est nécessaire de se fier aux principes de l’organisation physique des documents et de retrouver le cadre de classement initial mis en place aux XVIIIe et XIXe siècles.

Chercher toujours plus d’interopérabilité, raccourcir le temps de recherche, ne pas l’orienter préalablement, favoriser les jeux de données, sont autant d’enjeux développés par le projet Biblissima que présenta Matthieu Bonicel. S’il est bien question d’infrastructure (ensemble d’éléments interconnectés qui ne sont pas toujours visibles), il est aussi question de mégastructure au regard des masses de données (big data) qu’une institution comme la Bibliothèque nationale de France a pu mettre en place à travers Gallica. Ces mégastructures numériques impliquent de fait une normalisation, une codification et des processus d’automatisation permettant de prendre en charge des millions de documents et de références.

Biblissima, schéma fonctionnel. Conception Elizabeth MacDonald.

Par ses graphes, Toby Burrows a de son côté produit une cartographie des mouvements de manuscrits qui rend ainsi immédiatement visible l’histoire complexe de la collection de manuscrits de sir Thomas Phillipps.

Les albums d’ornements décrits par Rémi Jimenes, en proposant différentes configurations de l’information graphique, ont constitué pour les érudits un véritable terrain d’expérimentations, un outil de pensée dans « l’ordre matériel du savoir » et, bien souvent, une opération préparatoire à une publication savante. Selon Jimenes, l’automatisation des traitements ne sera un atout que si elle vient s’ajouter à la familiarité et à la connaissance intime de la typographie que les chercheurs doivent continuer à développer par le contact direct avec les documents anciens.

Michel Pastoureau plaida pour une approche qui ne soit pas entièrement instrumentalisée, laissant place à l’intuition, au flair, à la sagacité du chercheur, à sa capacité d’analyse et de synthèse. L’association pertinente restera en effet toujours l’apanage du chercheur. Peut-être pouvons-nous espérer que le numérique suscite cette intuition, et laisse place au hasard et à la sérendipité.

Compte-rendu à partir d’extraits de l’introduction aux actes du colloque, rédigée par Sophie Fétro et Anne Ritz-Guilbert.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rédaction (1 janvier 2017). Colloque international : « Des pratiques antiquaires aux humanités numériques », 7 & 8 avril 2016, École du Louvre. Collecta. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n045


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search