Sophie Fétro : « Géolocaliser : opérer un décentrement des systèmes de géolocalisation par le design » (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Corpus des émaux méridionaux : carte interactive (INHA/Musée du Louvre/Ville de Limoges)

L’approche adoptée dans cette intervention est volontairement assez large, afin de dresser les relations entre design et géolocalisation. Sophie Fétro commence par rappeler la définition des notions centrales de sa présentation : le GPS et le SIG.

Système de positionnement avant d’être un instrument de navigation, le GPS (global positioning system) est d’abord conçu pour un usage militaire, dans les années 1960, puis se démocratise dans les années 1990. Le principe de la géolocalisation est lié au géo-repérage (tracking notamment) qui consiste à suivre à distance les déplacements (par exemple à travers des applications par le biais de la téléphonie mobile). A ce titre, elle peut constituer un outil de télésurveillance et soulève des questions de droits autour des données privées.

En contrepoint de dérives autoritaires que porte en germe le GPS, la technique est également l’enjeu de pratiques artistiques. Très tôt, des artistes produisent des cartes en exploitant le principe de la mobilité. Guy Debord propose une relecture de l’espace urbain (Guide psychogéographique de Paris, 1957), présenté comme un espace ouvert de déambulation. On peut souligner également le travail sur les cartes sensibles mené par Catherine Jourdan, qui produit des cartes subjectives (par exemple à travers la vision des enfants) pour pointer le caractère relatif de ce qu’une carte permet de faire apparaître. Richard Long, enfin, a mené des expériences sur la marche et l’empreinte laissée par son déplacement (A walk of four hours and four circles, 1972, MoMA).

Autre notion essentielle à la réflexion, le SIG (système d’information géographique) a pour objectif le traitement, la collecte et l’analyse des informations relatives à des données géo-spatialisées. C’est un outil central dans le développement des sciences de l’information géographique. Plusieurs projets de bases de données associées à des enjeux de géolocalisation sont présentés, dont deux hébergés sur la méta-base AGORHA de l’INHA :

  • Le Corpus des émaux méridionaux dont le projet d’inventaire a été lancé par Marie-Madeleine Gauthier. L’interface cartographique permet de localiser sur une carte des lieux de conservation et la présence des pièces (probable ou certaine). Les filtres sont peu nombreux mais permettent de catégoriser les données. En cliquant sur un point on ouvre la notice générale ou détaillée.
  • Le Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle (INHA). Ce projet a pour but de remonter à l’origine des œuvres, de présenter leur « parcours », depuis leur lieu de création jusqu’à leur lieu actuel de conservation et d’exposition en passant par leur lieu de découverte et leurs divers changements de main. L’INHA a fait appel à l’agence Wedodata, spécialisée dans la visualisation de données journalistiques et la mise en correspondance de l’information. On peut également accéder aux données brutes sous forme de tableur de données (nom, vente_date, vente_ville, vente_pays, vente_acheteur… et coordonnées GPS).
  • Le projet Ricardo développé par le médialab de Sciences Po, qui étudie le commerce de la révolution industrielle jusqu’à la Seconde guerre mondiale, présente également une visualisation cartographique.

A partir de ces quelques exemples, on peut identifier quatre fonctions de la cartographie numérique associée à une base de données :

  1. La fonction centralisatrice et agrégative : rassembler et exposer synthétiquement des données déjà identifiées. 
  2. La fonction vérificative : vérifier une intuition ou valider une hypothèse pressentie.
  3. La fonction révélatrice et interprétative : la géolocalisation permet d’opérer des déductions grâce à la visualisation cartographiques – dans ce cas-là, les résultats ne sont pas connus d’avance.  
  4. La fonction incitative, mise en valeur dans les projets de sciences participatives.

En conclusion, loin d’être une simple esthétisation de la donnée, le design est un véritable outil de la recherche, qui engage une réflexion sur les rapports entre forme et usage.

Compte rendu : Elise Vanriest et Damien Bril.

Programme complet de la journée d’étude.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search