Paris disparu / Paris conservé – Jessica Benammar

Notre étude se concentre particulièrement sur les évolutions architecturales ayant eu lieu entre le XVIIe et le XXe siècle. Afin de mener à bien cette recherche, il était essentiel de travailler à partir de différentes cartes. Après avoir étudié les cartes du XVIIe siècle, il semblait intéressant de   répertorier l’ensemble des monuments sur une seule carte.

Fig. 1. Carte recensant les monuments au temps de François-Roger de Gaignières, XVIIe siècle.

Notre travail s’est ensuite décomposé en plusieurs étapes :

– Distinction des monuments disparus, conservés et de certains vestiges encore visibles (Fig. 1).

Fig. 2. Carte représentant l’ensemble des monuments présents au XVIIe siècle à Paris (dans la collection Gaignières) ainsi que la distinction entre les monuments disparus (rouge) les monuments conservés (vert) et les vestiges de monuments (bleu).

Nous pouvons constater que sur les 93 de monuments recensés, 45 font encore partie du paysage parisien, soit une disparition globale d’environ 53% des monuments recensés au temps de Gaignières. Toutefois, si ces monuments nous sont parvenus, ce n’est pas toujours dans leur état  d’origine. Si, au travers de nos recherches, nous avons recensé plus d’une quarantaine de monuments toujours conservés de nos jours, cette étude documentaire mettra en avant six édifices parisiens : l’hôtel de Sens, l’abbaye Saint-Martin-des-Champs, la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’église Saint- Eustache, le Palais de la Cité et le Palais du Louvre.

Distinction des quartiers les plus touchés par les disparitions.

– Recherches sur les grandes phases de disparitions de certains édifices.

Fig. 2. Diagramme en séquences présentant le pourcentage de disparition des édifices en fonction de la phase de disparition.

La réalisation de ces cartes nous a permis de construire un diagramme en séquences, basé sur les chiffres recensés. Ainsi, sur les 93 monuments localisés, notons 45 édifices conservés, 20 monuments disparus au cours de la Révolution française et des années qui suivirent, 18 monuments disparus dans la seconde moitié du XIXe siècle, 3 vestiges, 1 reconstruction et 6 monuments disparus en d’autres périodes historiques. Deux évènements principaux se posent comme les causes principales  de la disparition de ces monuments : la Révolution française d’une part, et les travaux d’urbanisme du Second Empire d’autre part.

– Réalisation d’une nouvelle carte montrant les différentes étapes de disparitions depuis le XVIIe siècle (Fig. 3).

Fig. 3. Carte représentant les l’ensemble des monuments présents au XVIIe siècle à Paris ainsi que la distinction entre les monuments disparus sous les remaniements de la ville au XIXe siècle (rouge), les monuments disparus au cours de la Révolution Française (violet), les monuments disparus avant la Révolution (gris et noir), les monuments conservés (vert), les vestiges de monuments (bleu), la reconstruction de l’Hôtel-Dieu (orange).

Les couleurs utilisées dans le diagramme pour la distinction des édifices fut reprise sur la carte uniquement afin de faciliter la lecture. Si nous avons choisi d’organiser notre carte selon ces deux évènements principaux, nos recherches ont également dégagé des phases de disparitions intermédiaires, notamment avant la Révolution française (en gris sur la carte), plus précisément dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (en noir). Les années 1740 voient un certain nombre d’édifices être détruits en raison de la restructuration des paroisses de la Cité (cf. église Sainte-Geneviève-des-Ardents de Paris, église Saint-Jean-le-Rond de Paris).

– Recherches sur les phases de disparitions intermédiaires (entre la Révolution française et les remaniements de la ville au XIXe siècle).

À la suite de la réalisation de différentes cartes, des recherches plus approfondies ont été menées sur l’ensemble des monuments recensés. Celles-ci avaient pour but de déterminer les différentes étapes de constructions, de restaurations, de remaniements et, le cas échant, de destructions des édifices parisiens. Ces recherches portaient à la fois sur l’historique des monuments, leur architecture et ses évolutions ainsi que sur leurs fonctions au cours du temps. Ces premières recherches séparaient en trois tableaux (fig. 4) les monuments conservés, les monuments disparus et les vestiges. Chaque tableau se composait d’un bref historique de chaque édifice, d’une recherche sur les différents types de documents associés à ses édifices  au sein de la collection Gaignières, une vue de l’édifice datant des XVIIe et XVIIIe siècles,  une vue contemporaine représentant les édifices ou leurs destructions aux XIXe et XXe siècles. De fait, des études ont été faites sur des sources textuelles et iconographiques tirées majoritairement de la collection Gaignières.

Fig. 4. Premières recherches documentaires comportant les différents monuments, les types de documents associés dans la collection Gaignières et un bref historique de chaque édifice.

Prenant en compte l’importance de certains monuments au regard de la collection Gaignières  ainsi que leur historiographie, un choix documentaire a dû être effectué. Les édifices ont été choisi dans différents buts :

  • rendre compte des différentes typologies de bâtiments, travaillant ainsi sur des couvents, hôtels, palais ou encore églises ;
    • étudier l’importance de ces monuments au sein de la collection Gaignières ;
    • mettre en avant les deux grandes phases de destructions que sont Révolution française et les remaniements de la ville de Paris au XIXe siècle sous l’impulsion du baron Haussmann.

Dans le but de documenter au mieux les édifices choisis, il était important, outre les descriptions apportées, de comparer les gravures du XVIIe siècle à des représentations contemporaines. Celles-ci peuvent être des peintures représentant la destruction de certains édifices, ou encore des photographies plus ou moins anciennes (XIXe siècle et XXe siècle). Au sein de cette étude, les photographies et peintures ne viennent s’ajouter que comme des témoins, des illustrations. En d’autres termes, il s’agit d’un support visuel au contenu textuel. De plus, dans le cadre du travail réalisé avec les designers, des illustrations contemporaines étaient nécessaires afin de mener à bien notre projet. Le choix de photographies datant, pour la plupart, de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, rend compte d’une envie de faire découvrir les édifices non pas dans leur état actuel mais dans une étape intermédiaire de leur histoire entre le temps de Gaignières et le nôtre.

Travaillant aux côtés de Margaux Nguyen et Éléna Luzio, il fut rapidement décidé que notre projet numérique prendrait la forme d’une carte interactive. Ce projet, intitulé « Phœnix, marcher sur les traces du Paris de Gaignières » se composa en plusieurs grandes étapes. Notre objectif était  de faire revivre le paysage urbain du XVIIe siècle à nos jours et de faire connaître ce Paris disparu. Pour ce faire, nous sommes parties de la carte distinguant les monuments conservés, ceux disparus et les vestiges importants de la ville (figure 2). Celle-ci a permis aux designers de procéder à la réalisation d’une nouvelle carte et de proposer des ébauches de projets pour leur application. À la suite de cette première étape, il  fut décider de revoir la cartographie initiale afin d’y localiser et distinguer les différentes phases de disparitions des édifices au cours des derniers siècles écoulés (figure 3). Grâce à ces deux éléments de cartographie et au travers des premières recherches menées sur le sujet, il a été possible pour Éléna et Margaux de constituer leur carte finale.

Fig. 5. Carte réalisée par les designers dans le cadre du projet d’application « Phœnix ».

Cette dernière, cliquable, permettra de distinguer les monuments conservés des monuments disparus ainsi que leurs phases de disparitions. Les recherches documentaires faites dans le cadre de l’étude présentée ici, ont permis d’alimenter l’interface des designers ainsi que les éléments textuelles et iconographiques qui apparaîtront au fur et à mesure des sélections des utilisateurs.

À terme, le projet aura pour but  de permettre aux utilisateurs de parcourir les rues  de Paris tout en se plongeant au sein même de son histoire architecturale

Compte-rendu rédigé à partir du dossier construit par Jessica Benammar.



Citer ce billet
Rédaction (2022, 13 juillet). Paris disparu / Paris conservé – Jessica Benammar. Collecta. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n051

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search