Les institutions religieuses dans le Paris de Gaignières – Lisa Giannoni & Estelle Brunel

Des abbayes aux couvents en passant par les prieurés, la collection Gaignières couvre au moins une cinquantaine d’établissements, parmi la centaine existant à son époque. La base de données Collecta compte pour le moment 49 monuments liés au clergé régulier parisien. Nous avons pu constater qu’il devait pourtant y avoir autour de 107 monuments à Paris à l’époque. Parmi ces monuments se trouvent des abbayes, des prieurés, des couvents et des maisons de refuge. Tous accueillent des communautés religieuses abritant des membres du clergé régulier : les abbayes sont des établissements dirigés par des abbés ; les prieurés ont un rang inférieur aux abbayes et sont dirigées par des prieurs ; les couvents sont des établissements non monastiques, sous l’ordre ni d’un abbé ni d’un prieuré. Pour replonger dans le Paris de Gaignières, plusieurs directions peuvent être prises : on peut s’intéresser à une reconstitution de l’ensemble des monuments du clergé régulier parisien à son époque ; on peut s’arrêter sur l’évolution de ces lieux à travers le temps, telle que le permettait toute la documentation qu’il avait réunie dans son cabinet ; on peut se pencher sur chacun de ces monuments pour les appréhender individuellement.

Avec les designers, nous avons cherché à nous positionner dans l’héritage de Gaignières, tout en utilisant les outils dont il ne pouvait disposer à son époque. Les publics ciblés sont de plusieurs natures. Nous voulions autant créer un outil pour la recherche, qu’une application informative à destination du grand public, permettant de compléter le site Collecta et d’évoluer différemment au sein de la collection. Nous             avons imaginé une table interactive de travail, permettant de faire connaître les lieux religieux réguliers étudiés par Gaignières, en indiquant les personnes les ayant habités, leur position dans l’espace social et religieux de leur temps. Cette table interactive se place dans la continuité des présentations que Gaignières faisait de ses portefeuilles : ouverts sur une table, accessibles à ses invités. Cette table et son design d’interface ont été pensés pour favoriser l’accès à ces archives ainsi que pour mieux comprendre la démarche mise au point par Gaignières : avec des croisements entre les informations, montrant son intérêt pour la copie rendue simple par le numérique.

Table interactive designée par Estelle Brunel

Le contenu de cette table interactive mettrait en avant des éléments déterminants et définitoires – le genre des communautés religieuses, les ordres, les hiérarchies entre les institutions, etc. – pour donner une structure à partir de laquelle approfondir divers questionnements.

Claude Roussel (1655-172.), Nouveau plan de la ville, cité et université de Paris avec ses fauxbourgs…, 1713, 54×41 cm, échelle 1/10200, Paris, BnF, département Cartes et plans, GE D-13558. Source : Gallica. Carte modifiée par Estelle Brunel.
–> détails des marqueurs designés par Estelle Brunel, qui diffèrent en fonction des divers types d’institutions religieuses.

Aucune maison de refuge détectée dans la littérature n’étant citée dans Collecta, il a donc été décidé de ne pas inclure ces cinq lieux dans les notices. Ils sont cependant signalés sur la carte récapitulative de l’ensemble du corpus. De même, cette carte notifie les habitations de Gaignières. Ces lieux sont là pour essayer de localiser Gaignières parmi le corpus, pour voir si on pourrait en tirer des informations uniquement. Ils ne s’intègrent cependant pas dans la problématique de recherche et n’ont donc pas fait l’objet d’une notice.

Des vues de monuments ont été ajoutées à chaque notice. Ont été ciblés des documents au mieux contemporains de Gaignières, sinon dans des bornes temporelles proches. Le but est de donner vie au Paris qu’il connaissait à travers cette sélection, tout en proposant des pistes pour reformer sa collection, et essayer de cerner sa méthodologie de collecte.

L’importance de la chronologie était pour nous évidente. Le logiciel Timeline a été en premier lieu utilisé pour représenter les différents lieux sur une même frise chronologique. C’est un outil qui pourrait être développé par l’ajout de média (des vues des monuments ou des liens Collecta, par exemple). Il permet de passer d’un monument à l’autre ou de visualiser l’ensemble de la frise. Un autre outil a été utilisé, Preceden. L’idée était cette fois-ci de faire une frise chronologique où on pourrait plus aisément comparer les établissements avec une position par superposition et une visibilité de l’entièreté de la période de temps étudiée.

Georg Braun, Frans Hogenberg, Plan de Paris dit de Braun et Hogenberg, vue de Paris vers 1530, édité en 1572, gravure à l’eau-forte sur cuivre, rehaussée de lavis, 34 x 48,3 cm, Allemagne, Universitätsbibliothek Heidelberg. Carte intégrée à la structure de la table interactive. Design Estelle Brunel.

L’application a été conçu comme évolutive : l’idée est de créer une structure dans laquelle on peut progressivement intégrer davantage d’informations, tout en la rendant accessible dès à présent. On se donne donc la possibilité d’étendre les données, pour toujours enrichir l’outil si besoin, avec une stratégie consistant à privilégier les lieux les plus importants pour le clergé régulier, mais également les plus documentés dans la collection, pour ensuite ajouter les autres progressivement.

Une architecture en réseau des différentes institutions. Design Estelle Brunel.

Afin de traiter les informations avec un bon niveau de complétion et de servir le travail commun avec les designers, il a été décidé qu’une notice complète ne serait pour lors proposée que pour les monuments très et bien documentés. Les autres auront droit à une notice plus courte.

Chaque notice complète se compose de la façon suivante :

Une première partie avec les informations de base :

– Un résumé des informations principales sous la forme d’une arborescence récapitulative.

– Des éléments de localisation. – Une notice rédigée pour les monuments les plus documentés.

Une partie qui suit les axes de travail de l’application :

– volet « Monument » avec une sélection de vues du lieu.

– volet « Objets et acteurs » avec les typologies d’objets du lieu, les personnalités liées au lieu, l’ensemble classé chronologiquement en faisant apparaître les principaux événements en lien avec la vie religieuse. Une dernière ligne permet enfin de comptabiliser les individus selon leurs classes sociales, leurs genres, leurs dates de mort, la typologie d’objet qui leur est lié.

Evocation visuelle des différentes utilisations de la table interactive. Design Estelle Brunel.

Compte-rendu rédigé à partir du dossier construit par Lisa Giannoni, Estelle Brunel et Béatrice Rl.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search