Les paroisses de Paris en 1715 – Léonie Quémener, Clémentine Canu, Audrey Freville & Emilie Kloss

Vers 1715, les paroisses sont une division géographique de l’espace par le pouvoir religieux, administrées par un curé. Elles se mettent en forme autour du XIIIᵉ siècle et changent peu jusqu’aux XVIIᵉ et XVIIIᵉ siècles. Cette division de l’espace est en général déséquilibrée : on trouve alors à Paris des paroisses de grande taille, comme celle de Sainte-Marguerite, et d’autres qui ne font que quelques rues seulement, comme celle de Sainte-Opportune. Ce déséquilibre est dû à la vente de bâtiments appartenant à la fabrique des paroisses, et aux nombreux agrandissements de la ville, qui modifient les limites paroissiales au fil des ans.

Nous avons commencé notre recherche en nous penchant sur les cartes du Paris de l’époque, et notamment sur le plan réalisé par Ménard entre 1720 et 1729[1]. Mais ce dernier, focalisé sur la partie Est de la capitale, ne reproduit pas l’entièreté de la ville et ne permettait pas de se faire une idée complète de Paris en 1715. Nous nous sommes alors également appuyées sur la carte réalisée en 1786 par Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent. On remarque quelques différences entre ce dernier plan et celui de Ménard, ce qui indique que les paroisses évoluent fréquemment. Une autre source, le Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France réalisé par l’abbé Expilly en 1760, compte quarante-six paroisses dans la capitale, contre trente paroisses sur le plan de Junié en 1786.

Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent, dressé par J. Junié, Ingén. Géogr. de Monseigneur l’Archeveque et géomètre des Eaux et forêts de France, 1786, carte reproduite en 1904, Bibliothèque Nationale de France.

En parallèle de la division religieuse de la ville par les paroisses, les administrations ont aussi cherché à délimiter des quartiers pour mieux administrer la ville : en 1701, un édit proclame la création de quartiers de police. On observe cette division dans Le huitième plan de Paris divisé en 20 quartiers de Nicolas de Fer, créé en 1714. En comparant ces deux types de divisions, on voit la difficulté de partager la ville. Jaillot, qui réalise en 1770 un Nouveau Plan de la ville de Paris et de ses faubourgs, relève d’ailleurs l’impossibilité de circonscrire une paroisse, et surtout de faire correspondre son étendue aux vingt nouveaux quartiers de police. Certaines paroisses, au croisement de plusieurs quartiers, appartiennent à plusieurs d’entre eux, et dans certains cas, les responsables des paroisses eux-mêmes ne savent pas vraiment si telle rue est sous leur juridiction ou si tel immeuble leur appartient. Afin de comprendre ces évolutions constantes et de mettre en lumière les changements topographiques au sein de la ville, nous avons également étudié les cartes des paroisses de 1802, 1856 et 1866.

Les quartiers de police ne sont pas tous de la même taille, mais tendent à avoir une population de taille similaire, plus ou moins concentrée selon que les quartiers soient plus ou moins densément peuplés ; tandis que les paroisses sont de tailles et de densités variables. En 1860, les quartiers de police et les paroisses donnent place aux arrondissements actuels qui reprennent la méthode des quartiers de police, divisant la ville par des territoires comprenant un nombre d’habitants similaire. Nous nous avons cherché des informations du côté des études démographiques, mais l’incendie de l’Hôtel de Ville et du Palais de Justice de Paris en mai 1872 a entrainé la disparition des registres paroissiaux et des registres de l’état civil. Cet incident empêche la consultation des recensements originaux de la population, antérieurs à 1860. La reconstitution de l’état civil entreprise à la suite de cet incendie nous donne tout de même une idée de la densité des différentes paroisses. L’étude des actes de naissance reconstitués entre 1615 et 1684, nous montre par exemple que celle de Saint-Eustache était probablement la plus fortement peuplée au temps de de Gaignières, et qu’elle possédait l’effectif du clergé le plus important parmi les paroisses de Paris en 1790.

Dernière source importante pour notre étude, nous nous sommes plongées dans le livre Paris, ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution, pour trouver un reflet de la situation à la mort de François-Roger de Gaignières en 1715. Pour développer notre projet d’application, et puisque notre sujet portait sur les délimitations d’un genre de quartier, nous avons décidé de prendre également en compte celles des quartiers de police tels que définis en 1702, en envisageant les paroisses comme une délimitation administrative parmi d’autres. Notre but était d’étoffer notre approche cartographique de Paris en 1715 : il n’est pas possible d’adopter un seul point de vue pour comprendre la ville telle que la vivent les acteurs de l’époque, et il était matériellement impossible pour nous d’être précis sur les délimitations des paroisses à la mort de Gaignières, car aucune source ne nous fournissait les informations nécessaires.  À défaut d’être plus précis, il nous a donc semblé judicieux de croiser les informations. Ces dernières ne dénaturent pas l’objectif de notre projet : montrer différentes façons de faire l’expérience de l’espace parisien à travers la collection Gaignières.

Fréville Audrey, Kloss Émilie, Illustration d’une proposition envisagée de superposition des plans de la Caille, Ménard et Junié montrant les différentes découpes administratives et légales de Paris, Adobe XD, 2022.

Mais une fois ces filtres mis en place, le but serait surtout de permettre à l’utilisateur de la carte interactive de découvrir les lieux ou les personnages de la collection Gaignières. Pour ce faire, les relevés de tombeaux des églises paroissiales ou encore les représentations de monuments importants pour les paroisses ont été très utiles. En somme, les paroisses sont, dans ce projet, une manière d’entrer dans la collection Gaignières et non un aspect de la collection elle-même. Pour obtenir un résultat satisfaisant concernant les paroisses parisiennes pour la période qui nous intéressait, il a été nécessaire de s’appuyer sur diverses sources extérieures à la collection Gaignières, pour ensuite mieux y revenir.

On se rend compte que l’intérêt de Gaignières est majoritairement porté sur les familles nobles proches du pouvoir royal. Cela est notamment dû à son activité de généalogiste. On voit aussi un intérêt pour les bâtiments contemporains, nous donnant à voir le choix des aristocrates de faire construire des hôtels suivant les dernières modes architecturales et à proximité du Palais Royal. La vie quotidienne et les artistes ne sont pas considérés par Gaignières. Le peuple et le commerce ne sont pas pris en compte, montrant ainsi une vision incomplète de la vie d’une paroisse, mais une vision qui a permis la création de nombreux documents par Louis Boudan, documentant l’état des monuments au début du XVIIIème.

Fréville Audrey, Kloss Émilie, Visuels de la proposition retenue…
…montrant le fonctionnement de l’application.
…Sélection de la paroisse et/ou du monument par l’utilisateur pour en découvrir l’histoire grâce à des fiches interactives, Adobe XD, 2022.

La comparaison avec l’état dans lequel ces monuments nous sont parvenus, lorsqu’ils n’ont pas disparu, nous permet de retracer leur histoire. Au sein de la thématique des paroisses, Gaignières offre la vision d’un généalogiste et d’un passionné d’héraldique. C’est pourquoi, après notre solide travail d’investigation cartographique, nous avons choisi et de développer le projet d’application autour de cet engouement pour l’architecture et les personnages important de son époque.

Fréville Audrey, Kloss Émilie, Visuels de la proposition retenue montrant le fonctionnement de l’application. Sélection de la paroisse et/ou du monument par l’utilisateur pour en découvrir l’histoire grâce à des fiches interactives, Adobe XD, 2022.

Compte-rendu rédigé à partir du dossier construit par Léonie Quémener, Clémentine Canu, Audrey Freville et Emilie Kloss.


[1] Plan reproduit dans The margins of Society in Late Medieval Paris par Bronislaw GEREMEK, 1987, éd. De La Maison des Sciences de l’Homme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search