Le musée des Monuments français – Margaux Coïc, Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio

Le 1er septembre 1795, les Français découvrent pour la première fois les collections du musée des Monuments français, situé dans l’ancien couvent des Petits Augustins à Paris. Les salles chronologiques présentent des monuments variés, allant des tombeaux aux gisants des Grands Hommes qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’Histoire de France. Des dessins de l’époque, comme ceux de Jean-Lubin Vauzelle (1776-1837) ou tout simplement d’Alexandre Lenoir, créateur du musée, ont permis de conserver une représentation iconographique précise des monuments et leur mise en scène dans les salles du musée. Il s’agit d’un précieux témoignage d’œuvres aujourd’hui incomplètes ou perdues.

Les oeuvres étaient exposées dans le musée selon un classement chronologique par salle: salle d’introduction qui regroupe un “aperçu” de la diversité des collections (tombes antiques, gauloises, grands tombeaux etc) et, à la suite, salles du XIIIe siècle, XIVe siècle, XVe siècle, XVIe siècle, XVIIe siècle et début XVIIIe siècle. Le tout était complété par des petites salles de passage comme un cloître ou des cours permettant d’exposer plus d’œuvres, ainsi qu’un jardin, le jardin de l’Elysée. Alexandre Lenoir participa lui-même à la construction du musée pour en faire son musée idéal. Il s’appliqua notamment à harmoniser les salles avec la chronologie des œuvres présentées. Chaque salle était ainsi décorée par des éléments architecturaux et picturaux similaires à ceux de la période représentée. Il fit aussi réaliser les moulages de certains monuments pour permettre aux visiteurs d’en observer les détails.

Les monuments, dont la datation s’étend du XIIIe siècle au XVIIe siècle pour certains, sont issus de quinze lieux de conservation différents, implantés à Paris, à quelques exceptions près. Trois lieux d’origine sont ainsi situés à l’extérieur de la capitale : la collégiale de Saint-Cloud, la basilique de Saint-Denis et le château d’Anet. Ces lieux vont tous être impactés d’une manière ou d’une autre par la Révolution française, huit sont d’ailleurs rasés. Et la destruction révolutionnaire ne concerne pas seulement les bâtiments, mais aussi les monuments funéraires. Pour rappel, en 1793, la toute jeune République Française décrète la destruction systématique des tombeaux royaux de la basilique Saint-Denis, sans détailler tous les pillages issus d’actes individuels. Ce sont donc des monuments orphelins de leur lieu de conservation d’origine, de leur propriétaire et surtout endommagés ou démontés qui sont accueillis sous le toit de l’ancien couvent des Petits Augustins. En outre, Alexandre Lenoir est connu pour avoir pratiqué plusieurs “décompositions recompositions” sur les monuments. Ainsi, le conservateur a prélevé ou ajouté des éléments aux monuments funéraires, principalement par souci esthétique. Les dessins de Vauzelles ou de Lenoir ne représentent donc pas des œuvres dans leur état initial mais dans celui agencé par Lenoir. Il est donc intéressant de comparer l’évolution des monuments avant et pendant leur exposition au musée des Monuments français. Pour ce faire, l’étude des dessins de la collection Gaignières semble toute appropriée car une grande partie des monuments a été représentée par Louis Boudan au XVIIe siècle et sont donc presque les uniques traces des œuvres dans leur état initial.

En 1816, le rétablissement de la royauté en France entraîne la fermeture du musée des Monuments français et la dispersion de ses collections. Les monuments sont envoyés vers trois lieux principaux : le musée du Louvre, la basilique de Saint-Denis et les galeries historiques de Versailles. Certaines œuvres vont connaître plusieurs lieux de conservation successifs en moins d’un siècle. Ces déplacements ont eu, à chaque étape, des conséquences sur la matérialité des monuments : démontage, casse voire disparition totale de l’œuvre. Au contraire du musée des Monuments français, les nouveaux lieux de conservation des monuments ne réalisent pas systématiquement des inventaires des nouvelles entrées dans leurs collections. Il n’est donc pas surprenant que lors de ce processus de transport des œuvres de l’ancien musée des Monuments français, certains monuments aient disparu. Alexandre Lenoir meurt en 1839, hanté par la disparition de son musée, le projet de toute une vie.

En l’espace de moins de trente ans, les monuments funéraires de la collection du musée des Monuments français ont dans tous les cas connu au minimum deux mouvements : un premier du lieu d’origine au musée d’Alexandre Lenoir et un second du musée d’Alexandre Lenoir au lieu de conservation actuel de l’œuvre. Notre travail a permis l’identification de huit lieux de conservation actuels pour les vingt-huit monuments étudiés. Tous sont situés à Paris, à l’exception de trois sites : le musée Lambinet à Versailles, la basilique de Saint-Denis et le château d’Anet. La grande majorité des monuments est partagée entre le Musée du Louvre, avec quatorze œuvres – c’est-à-dire la moitié du corpus étudié –, et la basilique de Saint-Denis, avec huit œuvres. Les monuments appartenant aux membres de la royauté ont presque tous été envoyés à Saint-Denis et ce, dès la fermeture du musée des Monuments français, par un décret royal. D’autres édifices religieux parisiens conservent aussi aujourd’hui des monuments de la collection. C’est le cas de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais (une œuvre), de l’église Notre-Dame-des-Victoires (une œuvre), de l’église Saint-Eustache (une œuvre) et de l’église Saint-Roch (une œuvre).

Un axe principal de réflexion a été mené sur le parcours des monuments présentés par Alexandre Lenoir, de leur lieu d’origine à leur lieu de conservation actuel, en passant bien entendu par le musée des Monuments français et d’autres potentiels lieux de conservation provisoires. Nous avons d’abord appuyé notre réflexion sur les ouvrages publiés sur le sujet, notamment par Alexandre Lenoir lui-même. Puis, pour la création de notre interface numérique intitulée Le Musée Fragmenté, nous nous sommes inspirées de deux projets culturels récents :

  • la mise en place, en 2014, par l’UMR MAP 3495 du CNRS du projet Musée invisible, dont le but a été de modéliser en 3D la salle du XVIe siècle du musée des Monuments français. 8 œuvres de cette salle ont été modélisées et le visiteur, par le biais de la réalité augmentée, pouvait les découvrir et parcourir la salle dans les mêmes conditions qu’au XIXe siècle.
  • l’exposition Un musée révolutionnaire. Le musée des monuments français d’Alexandre Lenoir, ayant eu lieu au Musée du Louvre en 2016 et dirigée par Geneviève Bresc-Bautier et Béatrice de Chancel-Bardelot.

Visuellement, deux autres inspirations ont permis d’imaginer la forme que pourrait prendre cette interface :

  • le côté immersif des jeux d’objets cachés sur portables et tablettes
  • la datavisualisation interactive Sur la piste des œuvres antiques de l’INHA, basée sur les données du répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle et qui montre de manière claire le parcours d’une œuvre d’art de son lieu d’origine à son lieu de conservation actuel.

Nous avons décidé de décliner notre interface en deux versions : l’une au format site et l’autre, plus développée, au format application. Cette dernière pourrait être employée lors des Journées du Patrimoine aux Beaux-Arts de Paris. Le visiteur, grâce à la réalité augmentée et muni de sa tablette, se retrouverait alors immergé dans la peau d’un visiteur du XIXe siècle se promenant dans les salles du musée des Monuments français.

Mise en situation de l’application sur tablette à l’École des Beaux Arts lors des journées du Patrimoine © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.

La première étape du travail documentaire a été de rassembler les informations des 229 résultats générés par AGORHA, la base de données de l’INHA,concernant le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir. Les œuvres de la collection Gaignières qui représentent des monuments du musée des Monuments français, disponibles sur la base Le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir, histoire et collections, consultable via AGORHA, limitait ensuite le nombre à 150 œuvres différentes. Nous avons mis en place un tableur pour permettre en un coup d’œil de trouver les informations les plus importantes sur l’œuvre. Et surtout de faciliter la recherche de cette dernière sur Collecta, grâce au numéro d’inventaire Henri Bouchot.

Des critères de sélection ont donc été établis pour effectuer les choix, en concertation avec les étudiants designers. Voici les trois critères retenus:

  • Le lieu d’origine doit nécessairement être Paris (sauf exception de Saint-Denis)
  • Le lieu de conservation doit être en Ile-de-France
  • Le monument doit être daté, même si seul le siècle est précisé

Ce dernier critère, chronologique cette fois-ci, s’explique tout simplement par notre souhait de réaliser une frise chronologique des monuments. Une datation inconnue rendait alors son emploi plus compliqué. Après cette sélection, il restait encore 66 œuvres dans notre tableur.

La création d’une carte sur Umap était nécessaire. Pour situer les lieux disparus, nous avons utilisé leurs coordonnées GPS supposées. Cette carte a permis aux étudiants designers de visualiser par la suite le déplacement des monuments plus facilement, afin de créer notre propre carte pour l’interface. Notre interface repose sur des gravures des salles du musée. Il a donc fallu dans un premier temps trouver ces illustrations. Les étudiants designers ont rapidement repéré des gravures de Jean-Lubin Vauzelles (1776-1837) qui a représenté plusieurs salles du musée. Mais ces illustrations n’étaient pas sourcées. Il a donc fallu chercher des illustrations dans la collection en ligne des institutions culturelles: Musée du Louvre, Paris Musées et Gallica. Les recherches ont abouti à un résultat de 13 représentations de salles du Musée.

Une fois les représentations de salles choisies, la mission suivante a consisté à identifier les œuvres présélectionnées par nos soins, directement sur ces illustrations. Pour faciliter cette mission, un document contenant tous les visuels de monuments choisis a été créé. Ces derniers ont été classés par siècle de création. Chaque monument comporte une photo et son numéro d’inventaire Henri Bouchot pour faciliter l’identification et la lecture du document. La recherche s’est rapidement heurtée à l’impossibilité d’identifier les monuments dans ces conditions. Plusieurs facteurs ont contribué à cet échec :

  • La datation des monuments n’est pas forcément respectée dans chaque salle. Ainsi, certaines œuvres du XVIe siècle sont exposées dans la salle du XIIIe siècle. Cet argument est encore plus valable dans la salle d’introduction où toutes les périodes sont représentées.
  • Les représentations des salles ont, avant tout, une visée esthétique et non réaliste.

Les monuments ont subi des pertes ou des modifications depuis leur représentation par Louis Boudan (c.1641- c.1715). Certains ont été démontés lors de la Révolution française et Alexandre Lenoir a lui-même pu séparer certains éléments des œuvres pour en créer d’autres.

Il fallait donc changer de méthodologie dans le but de réussir à identifier les monuments. Et cela a commencé par la consultation du catalogue de l’exposition Un musée révolutionnaire : le musée des monuments français d’Alexandre Lenoir, exposition qui s’est déroulée au Musée du Louvre en 2016. Une description de chaque salle est présente dans l’ouvrage et certains monuments y sont décrits. En outre, certaines œuvres étaient identifiées dans les gravures de Jean-Lubin Vauzelle, directement sur Agorha. Chaque notice d’œuvre (les 150 initiales) a donc été vérifiée une par une. Au total, environ 55 monuments ont pu être identifiés. Un nouveau tri s’en est suivi. Seuls les monuments représentés dans la collection Gaignières ont été conservés. Finalement, c’est donc 28 monuments qui ont été choisis pour l’interface.

En parallèle, des fiches d’identification des monuments pour les étudiants designers ont été créées. Chaque vue de salle de musée a été imprimée et chaque monument reconnu a été entouré d’une couleur visible. Le numéro d’inventaire Henri Bouchot correspondant a ensuite été noté près du monument. Cette recherche a démontré que face à la difficulté d’identification des monuments, nous avons dû remettre en question notre sélection initiale d’œuvres. Notre interface présente donc des monuments dont les lieux d’origine et de conservation peuvent être hors de Paris voire d’Île-de-France. Néanmoins, tous nos monuments ont une datation connue.

Chaque monument est doté d’une notice d’œuvre qui comporte une représentation iconographique, en l’occurrence ici, un dessin de Louis Boudan, issu de la collection Gaignières.

Chaque salle du musée étant présentée sur notre interface, il fallait en faire une brève présentation. Un petit texte a donc été rédigé pour ces 7 lieux. Le texte de présentation du musée a, quant à lui, été rédigé par les étudiants designers et des plans du musée ont été sélectionnés pour marquer l’évolution du lieu.

Plan de la visite sur l’application tablette, avec Alexandre Lenoir comme guide © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.

Des photographies récentes ont également été sélectionnées pour illustrer les notices d’œuvres. Ce dernier point était une exigence des étudiants designers qui souhaitaient pouvoir montrer sur l’interface une photographie récente de l’œuvre. À nouveau, la photographie n’est pas commentée, mais a pour rôle de compléter le commentaire du monument et du dessin de la collection Gaignières.

Page d’accueil du site web du Muséum, avec de multiples entrées possibles dans la collection © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.
Aperçu de la visite des salles sur le site web, avec pour illustrations les gravures historiques du Muséum © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.

Le visiteur se retrouve directement dans la salle concernée. Le support visuel est une des illustrations de salle choisies précédemment lors de la recherche documentaire. Le visiteur peut ensuite cliquer sur les œuvres de cette salle qui ont été identifiées. Il accède ainsi à la notice d’œuvre et toutes les informations relatives au monument sélectionné.

Fiche de présentation d’une œuvre sur l’application sur tablette © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.

Le visiteur peut aussi rechercher directement un monument dans la barre de recherche. Il peut encore visualiser toutes les œuvres d’une même salle, celles qui sont disparues ou celles d’un même parcours par type de personnalités.

Fiche de présentation d’une œuvre sur le site web. Elle est encadrée par celles des œuvres des dates directement antérieures et postérieures, comme une frise chronologique favorisant la contextualisation © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.

Enfin, dernier élément clé de l’interface, celle du parcours du monument de son lieu d’origine à son lieu de conservation actuel. En cliquant sur une œuvre, l’utilisateur la possibilité de la localiser sur un plan mais aussi de voir les différents lieux qui ont accueilli successivement le monument et à quelle période.

Carte de Paris permettant de tracer les déplacements des œuvres de la collection depuis le site web © Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, 2021.

Notre principale difficulté a sûrement résidé dans le fait que les trois étudiants qui composaient notre groupe ne venaient pas de formations et de domaines similaires. Les réalités n’étant pas les mêmes, une bonne communication est donc indispensable. Il faut prendre en compte les points de vue de chacun et surtout discuter de la charge de travail pour chaque action. Du côté documentation, il est difficile d’évaluer le temps de travail que demande une tâche côté design et cela fonctionne aussi du point de vue des étudiants designers pour le cas de la recherche documentaire. Il ne faut donc pas imposer telle action et en discuter en amont.

Concernant les différents axes de réflexion et la mise en forme du projet, nous avons eu les mêmes idées et les mêmes avis tout au long de l’expérience, ce qui est un gain de temps considérable et un facteur de bonne ambiance au sein du groupe. Pour travailler, nous avons planifié trois réunions en présentiel. Et nous avons mis en place des outils partagés : dossier sur Drive, tableur partagé, conversation, documents partagés.

Margaux Coïc, étudiante en Master 2 Documentation et Humanités Numériques à l’Ecole du Louvre,  en collaboration avec Coralie Ehrhart et Lorenzo Palacio, étudiants en Master 1 Design à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search