Visiter Paris Rive Droite au Grand Siècle – E. Walendowski

Sous le règne des Bourbons, la ville de Paris est profondément remodelée et laisse déjà apparaître les traits du Paris moderne dont nous avons hérité. La ville perd alors ses anciennes structures défensives pour la ceinture verte des boulevards et fait face à une croissance démographique continue, qui induit la construction de lotissements dans des nouveaux quartiers vers l’extérieur de la ville, comme le faubourg Saint Antoine. La ville ancienne au centre reste toutefois dense et mal distribuée, ce qui conduit à la création de places régulières typiques de l’urbanisme moderne.

Le paysage parisien du XVIIème siècle nous est bien connu, notamment grâce à la production d’estampes topographiques qui documentent les monuments de Paris. François-Roger de Gaignières se place dans ce goût de la collecte de vues topographiques de la capitale.

Cette connaissance visuelle de la ville grâce aux estampes est aussi complétée par des sources écrites comme les guides. C’est le cas de ce qui est considéré comme le premier vrai guide de Paris rédigé par Brice Germain : Description nouvelle de ce qu’il y a de plus remarquable dans la ville de Paris. Cet ouvrage édité pour la première fois en 1684 et qui refonde le genre, va connaître un grand succès et être réédité à neuf reprises. L’usage du guide de voyage crée à la fin du XVIIème siècle une nouvelle approche de la ville. Brice Germain croise les informations esthétiques et pratiques avec une description qui définit la ville. Il explique lui-même en introduction qu’il ne s’attarde pas à décrire les antiquités, car elles ont déjà été traitées par d’autres auteurs et prendraient trop de place dans l’ouvrage au regard du faible intérêt qu’y portent les visiteurs. Il préfère se concentrer sur les « monuments remarquables » qui servent à « l’Histoire publique ». Ce parti-pris diffère de celui de Gaignières qui s’attarde à retranscrire et à dessiner les épitaphes qu’il rencontre, en plus de la collecte d’estampes.

Sommaire du guide de Brice Germain. ©  BNF / Gallica

Le guide est organisé par ordre topographique, c’est-à-dire qu’on suit un itinéraire séparé en quartiers. Le départ s’effectue au Louvre, « l’endroit le plus remarquable, qui en fait le principal ornement par sa vaste étendue et par la qualité d’édifices qui le composent ». L’itinéraire, qui est construit de manière à ce que le voyageur ne revienne jamais sur ses pas, le mène de grands monuments en grands monuments. C’est la première fois que l’on découvre la ville à travers un déplacement orchestré. La première partie de l’itinéraire se concentre ainsi sur la rive droite de Paris.

En partant de l’inventaire de la collection Gaignières, nous avons voulu restituer et mettre en scène dans une application interactive les vues qu’il a récoltées afin de nous projeter dans le Paris du Grand Siècle. Pour donner une « direction » à l’inventaire de Gaignières, nous avons décidé de nous appuyer sur le guide de Brice Germain.  La réunion de deux sources du XVIIème siècle permet de créer une expérience de visite de la rive droite de Paris au Grand Siècle. L’usage du guide permet d’approfondir et de replacer les vues topographiques dans la pratique des « promeneurs » qui visitent la capitale à l’époque, et la collection fournit un support visuel primordial pour se représenter la ville.

Le premier axe de réflexion pour le projet d’application fut le choix des cartes de Paris servant de supports de visites. Nous avons donc choisi le Plan de la Ville et Fauxbourgs de Paris de 1720 par Guillaume de L’Isle, car il est construit comme une carte actuelle, c’est-à-dire rationnellement : il peut donc être utilisé pour faire un montage superposition. Afin d’élargir l’expérience de visite de Paris à différentes époques, l’application propose trois focus différents :

  • Le premier « Plan de Paris contemporain Paris Rive  Droite »
  • Le deuxième « Plan Guillaume de L’Isle (1675- 1726) ».
  • Le troisième « Plan contemporain Paris entier ».
© Mockup d’application par Clem Souchu, Audrey Japaud Garcia et Wenshu Ding

Le contenu de l’application, quant à lui, permet d’interroger plusieurs aspects de la collection et du projet :

  • les différentes typologies d’édifices représentées dans la collection de Gaignières : les bâtiments religieux, les hôtels particuliers, les édifices urbains et les lieux de pouvoir
  • les monuments encore existants ou aujourd’hui disparus
  • la provenance des documents
  • le choix de déambulation (ligne droite ou promenade)
© Mockup d’application par Clem Souchu, Audrey Japaud Garcia et Wenshu Ding

Ces aspects sont alors un outil de paramétrage pour l’utilisateur de l’application afin de sélectionner le contenu qui l’intéresse et de choisir son itinéraire. L’utilisateur peut définir son itinéraire grâce aux calculs de Voronoi. L’algorithme a la capacité de déterminer des intersections et des points intermédiaires. L’objectif est de proposer une alternative au rapport temps, kilomètre et ligne droite présent traditionnellement dans les applications de calculs d’itinéraires. Plus le degré de promenade est fort, plus l’itinéraire sera susceptible de   faire des boucles et de proposer des détours vers des monuments à l’utilisateur.

© Mockup d’application par Clem Souchu, Audrey Japaud Garcia et Wenshu Ding

Pour approfondir cet imaginaire de la promenade urbaine et transformer l’application en objet tangible et interactif, nous avons ajouté la possibilité de créer un album photo des lieux visités. L’intérêt est de créer un geste se rapprochant de la production des dessins de la collection Gaignières qui étaient faits en face des monuments. Le concept d’album photo permet de faire des parallèles entre la photographie et la gravure, et propose un rapprochement avec l’expérience du collectionneur.

© Mockup d’application par Clem Souchu, Audrey Japaud Garcia et Wenshu Ding

Erine Walendowski, étudiante en Master 2 Documentation et humanités numériques à l’École du Louvre, en collaboration avec Clem Souchu, Audrey Japaud Garcia et Wenshu Ding, étudiantes en Master 1 Design à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search