Paris et ses vitraux avant 1715 – Thomas Martel, Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet.

En abordant le corpus des vitraux de la collection Gaignières, plusieurs caractéristiques nous sont apparues. Tout d’abord, celui-ci avait l’avantage d’être relativement réduit par rapport aux corpus rattachés à d’autres thèmes. Il fut donc décidé dans un premier temps d’étudier toutes les planches, et de ne pas nous attarder de manière trop importante sur la description d’autres éléments annexes, comme les détails architecturaux entourant les vitraux. Le corpus comprend dix lieux différents dans Paris pour l’ensemble des vitraux dessinés de la collection Gaignières, et il devint rapidement manifeste qu’il n’y avait aucun rattachement possible entre eux. Cela ne devait donc pas être l’axe principal de notre travail.

Ils pouvaient en revanche être répartis en trois catégories typologiques : les représentations de personnages, les représentations de monuments funéraires et les représentations d’armoiries. Dans tous les cas, les vitraux sont toujours rattachés à un ou plusieurs personnages, par une représentation physique ou un blason, soit un emblème permettant d’identifier cette personne. Nous avons donc décidé d’identifier les informations biographiques relatives aux personnalités représentées, quel que soit leur mode de représentation.

À travers l’héraldique, il est possible de lire de nombreuses informations. Les armes prouvant l’appartenance à une même famille sont similaires, parfois différenciées par une brisure. Des décorations accompagnent aussi souvent les armoiries, révélant la fonction de leur propriétaire. Dans le cas du corpus de Gaignières, on retrouve les colliers des ordres de chevalerie, un de ses intérêts en lien avec la généalogie. Certains vitraux présentent en outre des éléments extérieurs aux blasons, comme une tenue particulière permettant de préciser les fonctions des personnages représentés. Enfin, les inscriptions de l’équipe de Gaignières sur les planches permettent de préciser certains détails. Nous sommes donc face à des images parlantes, qui décrivent des personnages et leur place dans la société de leur époque.

© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.

Notre carte des vitraux de Paris est une interface permettant d’accéder à la biographie de personnes importantes recensées par Gaignières. Elle met en lumière son intérêt pour la généalogie et les personnages illustres. Notre travail suit une navigation du général au particulier. Les différents lieux sont référencés sur la carte. À travers chacun, qui est rapidement décrit, il est possible d’accéder à chaque vitrail localisé in situ.

© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.

Ces vitraux sont sélectionnables par le portrait du personnage ou par son blason. Chaque vitrail correspond à un personnage, c’est-à-dire à une fiche biographique. Cette interface recense le nom de l’intéressé, la description de son blason, sa ou ses fonctions. Différents focus sont mis sur l’image, permettant de mettre en valeur une information. Par exemple, un blason permet de parler de la famille du personnage ou un collier de l’ordre du Saint-Esprit de l’appartenance à cette organisation.

© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.

L’application repose sur une architecture en réseau, qui souligne les différents liens pouvant être établis entre personnages : regroupements familiaux, par rôles ou fonctions, ou encore liens au même édifice. Nous avons en effet souhaité marquer le lien entre le personnage et le lieu où se trouve la verrière car cette information permet souvent d’expliquer les motivations ou les raisons de la représentation de cette personnalité.

© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.
© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.

Le portefeuille constitué par Gaignières sur les vitraux du couvent des Cordeliers est un exemple significatif de l’intérêt qu’il portait à la généalogie. Le couvent des Cordeliers fût fondé en 1230 sous le règne de Louis IX. Il fût fermé en 1790 puis rasé dans les années suivantes pour être remplacé par la faculté de médecine. Il n’en subsiste aujourd’hui que le réfectoire, et les verrières dont nous allons parler sont détruites. La création des vitraux de ce couvent prend place dans un contexte de reconstruction de la chapelle suite à l’incendie qui la ravagea en 1580. Cette reconstruction put être menée grâce aux subsides accordés par Henri III, par certains membres de la famille royale et par les chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, dont le roi était le chef souverain. Tous ces donateurs furent donc représentés sur les vitraux de la chapelle, selon un marché passé le 23 février 1582 pour 39 vitres. Il y eût certainement d’autres verrières posées a posteriori, comme celle d’Henri IV. Gaignières fit relever par Louis Boudan 29 vitraux de cette chapelle et en constitua un « Portefeuille à dos rouge, f°, remply des rois, reines, princes et seigneurs, chevaliers du St Esprit dessinez et colorez sur les vitres des Cordeliers de Paris » selon l’inventaire de 1711. Se côtoyaient sur les vitraux des rois, reines, nobles et ecclésiastiques et à travers eux plusieurs grands protagonistes des Ligues et des guerres de religion. Ce corpus offrait à Gaignières un aperçu complet de la royauté et de la noblesse sous le règne d’Henri III. Nous avons ainsi choisi d’appuyer notre projet d’application sur les représentations liées aux vitraux de ce couvent.

© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.
© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.
© Direction artistique et conception graphique : Victoria Gonzalez, Patricia Layoun, Yona Rivet – Conception UI/UX : Patricia Layoun – Exposition et dispositifs in situ : Victoria Gonzalez, Yona Rivet – Affiche et mise en page : Yona Rivet.

Les vitraux des Cordeliers possèdent tous les mêmes caractéristiques. Chaque verrière montre un personnage agenouillé en prière devant un fond architecturé. Ce dernier est toujours vêtu en habits de cérémonie. Le blason du personnage est représenté devant lui dans un angle de la verrière. Gaignières n’insiste pas sur la matérialité et le support de l’œuvre qu’est le vitrail. Il s’agissait vraisemblablement de peinture sur verre ou de grisaille. Le vitrail n’est cependant souligné que par la présence d’un cadre en pierre avec un trumeau et d’un fond losangé sur les parties non peintes, bien loin de ce que devait être la réalité visuelle. Gaignières ne s’attache pas aux portraits et aux costumes pour ce corpus. Il fût pourtant particulièrement intéressé par ces thématiques. Ici, très peu de ces personnages sont représentés dans d’autres de ses portefeuilles et si c’est le cas, la tenue ou le portrait ne sont pas les mêmes. Gaignières met donc en lumière les informations qui l’intéressent dans ses relevés. Dans le cadre de sa fascination pour la généalogie et les personnages illustres, elles sont ici relatives à l’héraldique et à l’ordre du Saint-Esprit. Cette sélection lui permet de se rapprocher de la haute noblesse et de ses protecteurs les de Guise, largement représentés dans ce corpus. Les relevés de Gaignières au couvent des Cordeliers sont ainsi un témoignage d’un des intérêts qui animèrent la création de sa collection, tout en donnant une image des grands du royaume à l’époque des derniers Valois et des premiers Bourbons.

Compte-rendu rédigé à partir du dossier construit par Thomas Martel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search