Damien Petermann – Des vues et des points : intérêt de l’approche géo-historique des sources iconographiques, l’exemple de Lyon aux XVIIIe – XXe siècles (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021).

Damien Petermann s’est intéressé à la question du point de vue depuis son Master 1 d’histoire, durant lequel il a travaillé sur une cartographie des points de vue des images anciennes de Lyon. Comment localiser avec précision les points de vue ? Où se plaçait l’artiste dans l’espace urbain ? Quel point de vue choisissait-il et pour quelles raisons ?

Pour répondre à ces questions, Damien Petermann a commencé à se poser la question des fonds de carte à utiliser, ce qui l’a d’abord amené à réaliser plusieurs cartes de localisation en utilisant des plans anciens de Lyon et le logiciel Powerpoint. Le souhait de spatialiser plus précisément les images urbaines anciennes naît alors et le motive à combiner approches géographique, cartographique et historique, en espérant que cette interdisciplinarité pourra faire advenir de nouvelles connaissances sur les objets étudiés. Au cours de son année de Master 2, il découvre le projet Nolli/Vasi, développé par Jim Tice et Erik Steiner (université de l’Oregon/Stanford), qui l’interpelle : comment lier vues urbaines et cartographie contemporaine ? Il fait le constat que le cas de Rome, avec le plan de Nolli qui est d’une grande précision, n’est pas transposable tel quel pour la ville de Lyon au XVIIIe siècle.

Damien Petermann oriente la suite de sa présentation autour de plusieurs projets : un état des lieux des vues de Lyon au XVIIIe siècle ; une vue en particulier, déconstruite et valorisée dans un cadre muséal ; un projet sur la spatialisation des cartes postales de Lyon (en cours).

Un état des lieux des vues de Lyon au XVIIIe siècle

À partir de 2012 et sans objectif d’exhaustivité, Damien Petermann commence par faire un état des lieux des représentations urbaines de Lyon réalisées au XVIIIe siècle, afin de comprendre quels types de vues existaient et quels étaient les espaces figurés. L’étude réalisée montre que la plupart des vues sont faites à la fin du siècle, en majorité par des artistes de passage dans la ville. La numérisation et la mise en ligne massive des images d’œuvres d’art depuis plusieurs années a permis d’en consulter d’autres qui ont été vendues aux enchères et sont conservées dans des collections privées. Il s’est d’abord interrogé sur la cartographie de référence à utiliser pour spatialiser le corpus : l’évolution de l’espace lyonnais depuis le XVIIIe siècle pose souci pour retrouver certains points de vue. Il choisit de reconstruire un plan de Lyon en 1792 en utilisant plusieurs sources, et notamment les couches cartographiques du cadastre de 1824-1832 réalisés en 2008 par Bernard Gauthiez[1] (son directeur de mémoire puis de thèse) . La méthode régressive permet de créer un plan de Lyon avec les principaux ilots correspondant au tissu urbain de 1792. Dans un deuxième temps, il a utilisé un SIG (Système d’Information Géographique) pour spatialiser et étudier ces vues (figure 1) : quels quartiers sont représentés ? S’agit-il de vues intérieures ou extérieures ? Ce travail permet de montrer que l’entrée principale de la ville, par le nord (défilé de Pierre-Scize), est privilégiée par les artistes[2].

Il fait également le choix de réaliser une carte statistique (analyse par maille), afin d’étudier la densité des points de vue dans la ville au xviiie siècle. Ce type de représentation cartographique permet de s’affranchir des limites administratives et de s’attacher davantage à l’espace géographique, ce qui est particulièrement pertinent pour les points de vue. Cette analyse a mis en évidence la concentration des vues dans certains espaces et, en négatif, des zones vides, mais d’autres questions se posent également, comme celle de la prise en compte du relief. Tout cela montre la nécessité de disposer d’un large corpus de vues urbaines pour aboutir à des conclusions pertinentes. L’étude des représentations de Lyon par artiste a aussi été interrogée : l’exemple choisi ici est celui de Jean-Pierre-Xavier Bidauld (1745-1813), artiste installé à Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. D’autres questions d’ordre scientifique se posent, en particulier sur la dimension visuelle : par exemple, comment spatialiser uniquement ce qui est vu dans l’image (façade de bâtiment et non tout le bâtiment) ? Damien Petermann a aussi fait la démarche « test » de masquer les zones non représentées, afin d’inverser le regard et de mettre en lumière les espaces réellement figurés par Jean-Pierre-Xavier Bidauld, en « négatif », par l’intermédiaire des polygones de vues.

Capture d’écran du SIG (Arcmap), montrant les points de vue de plusieurs images de Lyon réalisées au XVIIIe siècle. Ici, l’image JPEG insérée en hyperlien s’ouvre avec la galerie de photos Windows. (Damien Petermann, 2013)

Étude et valorisation patrimoniale d’une vue panoramique du début du XVIIIe siècle (vue de Cléric)

En se concentrant par exemple sur la vue de Cléric, une vue panoramique d’une partie de Lyon de 1,90 m de large sur 0,6 m de haut, Damien Petermann a émis l’hypothèse que l’artiste a utilisé plusieurs points de vue différents pour réaliser une image complète. Comment les retrouver ? Comme l’image a plusieurs plans (premier plan, deuxième plan, arrière-plan, etc), il s’agit d’abord de repérer les éléments qui sont situés sur le même plan, puis on peut employer une méthode de géolocalisation avec le tracé des axes verticaux et reporter cela sur une carte. On peut aussi utiliser la méthode du rayon central (John Orrell), en cherchant l’axe du point de vue (en repérant quelle façade d’immeuble est représentée de face). L’analyse de cette image panoramique a permis de détecter 5 points de vue, qui ne sont pas tous situés à la même hauteur (fenêtre d’un immeuble, quai, etc.). Il s’agit de montrer ici les codes de représentation autant que la direction du regard ou les différentes localisations de l’artiste. Cette étude s’est traduite par la création en 2013-2014 d’un dispositif numérique de médiation culturelle pour le musée d’histoire de Lyon (« À la découverte de Cléric »), composé de trois modules[1]. Le troisième module, intitulé « À la place de l’artiste », permet de montrer au public la construction à l’œuvre derrière cette belle image qu’est la vue de Cléric. Des boutons dévoilent les différents points de vue et les parties de l’image associées à chacun d’eux (figure 2).

Capture d’écran de la troisième section du dispositif numérique « À la découverte de Cléric », montrant l’interface interactive liant la vue de Cléric et le plan de Lyon en 1792. Ici, les cinq boutons « Point de vue » ont été activés (Damien Petermann, 2013

Spatialisation et indexation des cartes postales anciennes de Lyon (fin XIXe-milieu XXe siècle)

Damien Petermann présente enfin un projet collectif de spatialisation d’anciennes cartes postales de la ville de Lyon, commencé en 2019 avec le stage de 2 étudiants de Licence 3 géographie et histoire, dans le cadre d’un partenariat entre l’Université Lyon 3 et le musée d’histoire de Lyon (Gadagne)[1]. Les cartes postales sont des documents encore peu étudiés, et encore moins sous un angle géographique, alors qu’elles constituent l’une des premières couvertures géographiques d’ensemble du territoire à la fin du XIXe siècle. Ce projet consiste en la création d’une base de données spatiales pour indexer finement les cartes postales de Lyon, avec des métadonnées comme les dates (supposées ou confirmées), le type de vue, l’adresse du lieu, les transformations du paysage entre la date de prise de vue et aujourd’hui, etc.

Ce travail vise à approfondir l’étude des points de vue dans leur dimension géographique, avec plusieurs catégories prenant en compte le rapport à l’espace urbain actuel (par exemple, l’accessibilité du point de vue aujourd’hui et la fiabilité de la géolocalisation). L’expérience de terrain fait partie intégrante de la méthodologie. La pratique de la rephotographie a ainsi donné lieu à la création d’une nouvelle série d’images et le protocole a été soigneusement documenté par les stagiaires. La base de données contient aussi des champs correspondant aux éléments urbains représentés (objets remarquables) et des informations relatives aux points de vue (emplacement, direction). Grâce aux filtres du SIG, ces métadonnées permettent de créer des cartes répondant à des questions précises, comme « De quels endroits est représenté tel objet remarquable ? » (Figure 3).

Spatialisation des cartes postales figurant la colline, la basilique ou la chapelle de Fourvière. Réalisation : Louise Andriamampianina et Ilian Masson, 2019.

Conclusion & discussion

L’approche spatiale (et dans le temps) du point de vue présente donc de multiples intérêts, et dans ce cadre, les SIG constituent des outils très utiles. La méthode adoptée ici reste toutefois exploratoire et comporte des limites, tout en ouvrant des questionnements et des pistes. Les plus fortes limitations sont celles liées au référentiel géo-historique : on manque encore aujourd’hui de couches cartographiques correspondant à des états passés des espaces, pouvant être utilisées comme cartographie de référence dans un SIG. On aimerait aussi disposer d’un outil numérique permettant de faciliter le repérage et le tracé des axes verticaux dans une image, afin de retrouver plus facilement l’emplacement du point de vue. Les maquettes 3D permettront sans doute bientôt d’aller plus loin, mais on manque encore d’expérience sur leur usage et les projets en 2D existants sont déjà très complexes. L’un des intérêts de certains projets consiste en l’aller-retour entre vues anciennes et plan/maquette numérique. Par exemple, le projet associatif « Lyon en 1700 », dirigé par Fabrice Pothier, a entre autres utilisé comme sources les vues anciennes, mais la maquette 3D du centre de Lyon en 1700 réalisée permet désormais aussi de mieux étudier chacune de ces vues, et notamment leur point de vue dans l’espace urbain.

Un parallèle est fait avec le projet Collecta+. Chez Gaignières, les points de vue sont combinés : l’application permettrait de le montrer par la prise de plusieurs photos pour un seul feuillet. Il faut aussi essayer de prendre le contre-pied du point de vue classique de celui qui prend la photo. Les discussions portent sur le camouflage (« 5e façade » en architecture), qui donne une perception esthétique de l’espace. Une technique (ici la photo) n’en remplace pas une autre mais amène la question : comment cohabitent les différentes façons de représenter un territoire ? Ces nouvelles visions, fascinantes, se complètent. La photo aussi est sélective à sa façon. Selon Philippe Saison, l’invention de la photo a libéré le dessin vers des pratiques plus sensibles, plus expérimentales. Le décalage entre réalité et dessin, auquel on est aussi confrontés chez Gaignières, fait prendre conscience de tout un travail interprétatif à mener.

Laurent Gontier cite l’exemple d’une entreprise de photographie, « Tendance floue », qui a consisté en un arpentage du tracé du mur de Berlin pour voir comment il s’insère dans l’espace aujourd’hui. Il s’agit d’une production éditoriale qui souligne la cartographie, une idée née d’archives « muettes » de l’époque du mur. Cette production de photos situées, localisées et nommées, s’accompagnait d’indications sur les points de vue. L’intérêt du hors-champ, des vues jamais prises, est aussi souligné. Il faut se poser la question du non représenté et de son importance, ses raisons. Mais aussi celle des vues anachroniques, qui sont copiées et reproduites sans les mettre à jour, comme dans certains guides de voyage ou livres illustrés. Certes les vues sont adaptées au document (format/reproduction), mais leur diffusion s’effectue toujours avec un temps de décalage (souvent pour des raisons d’ordre économique dans les guides de voyage : coût de l’illustration). Les entreprises de géolocalisation utilisant des outils numériques permettent de voir, pour des corpus importants, quelles sont les parties du territoire les plus représentées selon les périodes et l’évolution de ces choix dans le temps (permanence ou changements). Damien Petermann cite l’exemple de la vue de Lyon depuis la colline de Fourvière, très répandue aujourd’hui avec la photographie : il fait le constat que cette image était très peu présente avant le dernier tiers du XIXe siècle, alors que ce point de vue situé au sommet de la colline était régulièrement cité dans le texte des récits et des guides de voyage.


[1] Projet co-encadré par Michaël Douvégheant (Gadagne), Leca De Biaggi et Damien Petermann (Université Jean Moulin Lyon 3).


[1] Pour en savoir plus sur ce travail, voir : Damien Petermann, « Apports de la cartographie numérique à la valorisation du patrimoine culturel. Création d’un outil numérique pour le Musée d’histoire de Lyon »Cartes & Géomatique, revue du Comité français de cartographie, n° 226, décembre 2015, p. 117-125.


[1] Bernard Gauthiez, « Lyon en 1824-32 : un plan de la ville sous forme vecteur d’après le cadastre ancien », Géocarrefour, 2008, n°83/1, p. 57-67. 

[2] Sur ce sujet, voir : Damien Petermann, « L’importance de l’entrée nord de Lyon dans la construction de l’image de la ville (1750-1860)», dans Tatiana Debroux, Yannick Vanhaelen & Judith le Maire (dir), L’entrée en ville : aménager, expérimenter, représenter, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2017, p. 149-158.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search