Charlotte Porq – Le rôle du point de vue dans le cadre de l’élaboration des Plans locaux d’urbanisme français (PLU) (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021).

La thèse de Charlotte Porcq, « le paysage, actions et acteurs à l’échelle locale en Bretagne », portait sur la manière dont la notion de paysage peut être intégrée à l’urbanisme. Elle passe de l’histoire à l’archéo-géographie, puis à la géographie. Dans cette intervention, elle nous présente un point précis de sa thèse et un outil qui se rattache à sa méthode d’enquête.

Elle a en effet mené un travail sur la temporalité et la construction des documents des Plans locaux d’Urbanisme : la notion de point de vue a-t-elle disparu dans les documents finaux du PLU ? Si oui, comment garder une trace de ces documents qui témoignent de l’élaboration du Plan ? Les points de vue, les points de référence sont utiles à recenser pour garder en mémoire les points de repères de construction du projet. La notion de paysage très présente dans les discours et les arbitrages, ne l’est pas forcément clairement dans le document.

Figure 1 : La « skyline » de Vitré, formée par les trois clochers et le château médiéval (à l’arrière-plan), vue depuis le chemin des Tertres noirs et les jardins du monastère Saint-Nicolas (au premier plan). Ce point de vue a servi à alimenter les réflexions au cours de l’élaboration du PLU de Vitré, approuvé en 2020. Toutefois, il n’est pas protégé comme « cône de visibilité » ou « point de vue remarquable » au titre de l’article L. 1516-19 du Code de l’urbanisme via le PLU. Photographie : C. Porcq, juin 2021.

Pour la thèse, un outil a été développé, rattaché à la méthode globale d’enquête dans la thèse : outil de storymapping ou cartographie narrative (proche du webmapping) montrant la construction dans le temps, la storymap permet de « mettre en récit l’élaboration des Plans Locaux d’Urbanisme ». L’idée est de lier une image, une vidéo, éventuellement un texte ou des documents, à la carte ; la story map, qu’on peut voir évoluer à l’aide de flèches, permet d’aborder une compilation documentaire d’un point de vue chronologique. Charlotte Porcq se rend compte que les discours des élus sont situés dans l’espace, mais aussi dans le temps plus long de l’aménagement ; à terme, l’objectif est de fournir un outil qui permette de prendre en compte le paysage dans les travaux d’urbanisme. Les premières storymap sont conçues comme des outils d’analyse, mais visent à produire par la suite un outil plus pratique et efficace.

Figure 2 : Extrait de la storymap « L’aménagement des entrées de ville à Vitré (2000-2020) », réalisée sur l’application Kartenn story développée par la Région Bretagne, qui retrace l’histoire des choix de mise en valeur de ces espaces jusqu’au PLU de 2020, permettant de situer les partis pris actuels par rapport aux projets des décennies précédentes. Réalisation : Charlotte Porcq, 2021, en cours de finalisation.

Storymap : ville de Vitré

Charlotte Porcq présente l’exemple de la carte narrative de la région de Vitré, ville de 20 000 habitants proche de Rennes. La ville de Vitré a révisé son PLU entre 2016 et 2020. La première story est centrée sur l’aménagement des entrées de villes à Vitré, de 2000 à 2020. Vitré a fait face à trois enjeux environnementaux, qui spatialisés dans une story, sont plus faciles à comprendre. La première idée est de mettre en scène l’entrée dans la ville ; ensuite, de faire entrer la nature en ville grâce aux cours d’eau, à un secteur loti préservant les haies et les chemins creux, etc ; et enfin, de contenir la ville dans ses limites naturelles, les lignes de crête, le plus longtemps possible. Cette story accompagne un discours sincère et raisonnable, mais constitué quasiment à partir du discours d’un seul acteur, celui du directeur à l’aménagement de Vitré, en place depuis 20 ans et souhaitant inscrire le projet dans le temps long.

Figure 3 : Extrait de la storymap « Les liens nord-sud à Vitré (2006-2020) », réalisée sur l’application Kartenn story développée par la Région Bretagne. Elle montre comment le développement de l’urbanisation tend à être rééquilibré entre le sud, où la ville s’est étendue depuis le XIXème siècle, et le nord, plus délaissé jusqu’au début des années 2000. Retisser les liens permet notamment de prendre conscience de la valeur patrimoniale du faubourg du Rachapt, qui conduit du coteau sud au coteau nord de la Vilaine. Réalisation : Charlotte Porcq, 2021, an cours de finalisation.

Autre storymap prenant pour exemple la ville de Vitré : celle qui explore les liens Nord-Sud, correspondant au désir de les modifier dans le cadre d’un projet patrimonial prenant en compte une plus grande parcelle urbaine autour du château. La storymap présente une vue sur le château de Vitré, indique des points de vigilance pour prévenir les constructions, témoigne de la manière dont le territoire est vécu.

Storymap : vallée de la Villaine

Cette storymap présente des points de vue d’acteurs qui s’entrecroisent, s’entrechoquent (élu, architecte du patrimoine, etc) et montre l’évolution du discours par rapport à l’ancien PLU. Elle rend visible l’influence de la Vilaine sur l’urbanisme et la manière dont celle-ci doit être prise en compte. Cette réflexion sur les usages de la vallée de la Villaine présente surtout le cours d’eau comme une limite. Le but est de faire de la vallée de la Villaine autre chose d’une barrière partageant la ville de Vitré. Cette production s’appuie sur des photos du paysage, situées, qui renvoient à des points de vue particuliers. Elle met principalement en évidence le corridor écologique autour de la rivière, résultat d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur datant de 1994. Dernier objectif : réinvestir cette vallée par les usages, et pas seulement du point de vue récréatif.

Figure 4 : Extrait de l’Orientation d’Aménagement et de Programmation (OAP) thématique « vallée de la Vilaine » du PLU de Vitré, 2021. Le point de vue illustré par la figure 1 est ici signalé, mais les OAP sont des documents de projet qui ne s’appliquent que dans un rapport de compatibilité, et non de conformité, ce qui signifie que les éléments qui y sont inscrits sont des préconisations, et non des règles strictes. Quoiqu’il en soit, cette OAP est intéressante car elle propose de réinvestir l’espace de la vallée, par le biais d’usages plus ou moins empruntés du passé et réactualisés. Il s’agit d’un nouveau tournant dans l’histoire de l’aménagement de la vallée, qui peut faire l’objet d’une étape dans une storymap.
Figure 5 : « Le château et les lavoirs », point de vue datant du début du XXème siècle sur les activités de fond de vallée et le château médiéval à l’arrière-plan. En intégrant ce type de documents, la storymap souligne aussi que l’on s’appuie sur des représentations anciennes pour élaborer un PLU. Source : Vitré en images, histoire et culture.

Conclusion

Finalement, quel rôle pour le point de vue dans l’aménagement du territoire ? Il s’agit d’ancrer dans les mémoires les traces de la construction de l’urbanisme. Ces cartes narratives sont aussi des témoins des évolutions des représentations et des enjeux d’aménagement, qui sont aujourd’hui davantage écologiques et moins esthétiques. Elles favorisent le dialogue entre différents acteurs sur une base spatiale commune, au-delà des différences de points de vue, en assumant leur caractère subjectif. Les notions de temporalité et de récit sont à la base de cet outil.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search