Johanna Daniel – La notion de point de vue dans la vue d’optique (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021).

Johanna Daniel mène sa recherche sur les vues d’optique, des estampes destinées à être visionnées dans un dispositif doté d’une lentille : le zoograscope. Ce dispositif, utilisé à partir du milieu du XVIIIème siècle, produit des déformations qui donnent un effet de relief à ces gravures coloriées aux perspectives fortes. À travers la vue d’optique, elle interroge les représentations topographiques et questionne ce que ces vues d’optique retiennent de l’espace urbain. L’usage du zoograscope et des vues d’optique pose des questions sociales mais aussi des questions sur la manière dont on représente les monuments.

Le corpus sélectionné pour cette étude est massif : 10 000 vues d’optique, parmi lesquelles beaucoup de doubles. Sur ces 10 000 vues, 1 900 présentent des points de vue ou des sujet différents. On trouve environ 300 villes représentées d’environ 3 700 manières différentes chez différents éditeurs (une vingtaine). La plupart des vues sont antérieures à 1745. Pour classer cet énorme corpus, elle a utilisé un traitement informatique.

Vues d’optique

L’usage qui était fait du Zoograscope au XVIIIème siècle était essentiellement éducatif (plus pour les petites filles et les plans pour les petits garçons ?) et ludique, mais majoritairement dans des milieux très privilégiés. Une étude d’une chercheuse britannique a également montré que ces vues permettaient de donner une expérience de la ville par procuration aux femmes de la haute société, qui pouvaient ainsi découvrir la ville sans avoir à sortir de leur salon et à engager leurs corps dans l’espace urbain. La représentation topographique est centrale dans ces vues d’optique. Elles pouvaient aussi être utilisées dans un cadre plus populaire, chez des forains itinérants qui faisaient payer pour montrer les vues d’optique.

Jean-Frédéric Cazenave, d’après Louis-Léopold Boilly, L’Optique. Louise-Sébastienne Danton et son beau-fils regardant à travers un zograscope, gravure au pointillé imprimée en couleur, vers 1794.
© Rijksmuseum

Johanna Daniel a travaillé à établir une typologie des vues, par exemple : vues à vol d’oiseau, profils de villes (type de représentation visible depuis le XVème siècle), vues à hauteur d’homme, etc… Elle s’est pour cela aidée de l’outil informatique Pixplot, un algorithme développé par l’université de Yale qui calcule le degré de similarité des images. Elle remarque que ce logiciel a ses limites et demande une interprétation humaine car il a une approche totalement formelle et pas sémantique. C’est cependant grâce à lui qu’elle a pu remarquer les différences de mode de représentation entre des vues vis-à-vis desquelles elle avait jusque-là une approche purement typologique. C’est à la catégorie des vues prises à hauteur d’homme ou légèrement surélevées, majoritaires au sein du corpus, que Johanna Daniel s’est intéressée.

Vue d’optique représentant le Pont de St Michel à Paris, vers 1750, sans nom d’éditeur, Gallica/BnF [détail]

Sources visuelles et génétiques de l’image topographique

Un premier constat au sein de ce groupe : toutes ces vues d’optique proposent des vues de seconde, 3ème ou 4ème main. Ce sont rarement des images inédites et lorsqu’elles semblent l’être, c’est plutôt le signe qu’on ne connaît pas encore la source, le modèle. Ces images sont souvent des copies de grands artistes ou d’artistes locaux. Il est facile d’en identifier les sources : Pour la vue de Rome, c’est le Piranèse. Pour Versailles, c’est Rigaud. Pour Rouen, c’est Bachelet, etc…

Au-delà de l’identification de la source, le plus intéressant est d’observer les différences entre la vue et l’image source, notamment les modifications faites pour s’adapter au dispositif optique (étirage du premier plan, agrandissement de détails, parfois même renversement des monuments, ou invention d’un cadre urbain). Une superposition informatique des différentes images permet de mieux comprendre ce processus, non seulement entre la source et la vue d’optique, mais aussi entre les différentes versions d’une même vue d’optique. On reconstitue ainsi finalement une généalogie des images. Comme pour les manuscrits médiévaux, on peut établir cette généalogie en se basant sur les erreurs d’interprétation des copistes. On peut ainsi modéliser la circulation du modèle, comprendre qui a copié qui.

Ce que la vue d’optique retient de l’espace urbain

Johanna Daniel s’est demandé ce qui était d’abord représenté comme monuments sur ces vues. Si on prend l’exemple de Rome, c’est surtout en tant que lieu de pèlerinage qu’elle est la plus représentée. On représente beaucoup d’édifices religieux, et pas tellement de vestiges ni d’édifices du XVIIIème ou d’aménagement urbains civils. En dehors de la célébrité des édifices, certains peuvent aussi être choisis parce que plus adaptés à une représentation en perspective que d’autres.

Autre grande question, celle du rapport entre la lettre et ce qui est représenté: quels sont les mots qui accompagnent les images ? Qu’est-ce que cela dit de l’intérêt principal de la vue pour le spectateur : la position particulière du point de vue ? Les monuments ? Pourquoi trouve-t-on parfois la mention des monuments évoqués mais non représentés ? L’image relève-t-elle d’un intérêt pour le monument ou pour l’espace de la rue ? On constate assez souvent l’ajout d’éléments topographiques afin de mettre en valeur les monuments au sein du tissu urbain. Il arrive parfois que la source visuelle n’ait aucun lien avec ce qui est représenté : par exemple, une représentation du Palais de la Tsarine à Saint-Pétersbourg s’inspire de la représentation d’une villa toscane par Zocchi.

Conclusion & discussions

Comment la vue d’optique s’inscrit dans une filiation avec des représentations topographiques et géographiques existantes en les renouvelant ? C’est une façon originale d’apprécier et d’appréhender l’espace urbain : tridimensionnalité, espace, tissu urbain… Elle permet d’appréhender la construction d’une vision de l’espace urbain. Certains acheteurs constituent des livrets de vues, des collections. Il est donc nécessaire de replacer ces objets dans le cadre d’une collection plus large d’objets s’intéressant à la géographie. Par sa large diffusion, ces vues d’optique participent à la diffusion d’une culture visuelle topographique, qu’elle contribue à structurer. Elles enseignent une façon d’appréhender l’espace urbain, en éduquant le regard à la perspective, aux monuments. Il y a aussi un phénomène d’appropriation des vues d’optiques, par des inscriptions que le possesseur ajoute.

Laurent Gontier se demande quelle valeur ont ces images sans leur dispositif optique. Pour Johanna Daniel, si aujourd’hui on les utilise beaucoup sans, comme des gravures colorées, au XVIIIème siècle elles sont bien vendues avec le dispositif. Laurent Gontier remarque également les parallèles qui peuvent être établis entre ces vues et la perspective forcée, pratiquée au cinéma depuis Méliès, qui permet de construire des décors impressionnants à l’écran sans disposer de studios gigantesques. Axelle Chassagnettes remarque que le point de vue est une tentative de partage d’une expérience personnelle, corporelle, centrée et individualisable. Perrine Camus-Joyet ajoute que connaître les pratiques et les conventions techniques (traités d’arpentage par exemple) permet de comprendre les documents cartographiques, mais ne doit pas faire oublier le bricolage sur place.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search