Philippe Saison – Le choix du point de vue au centre de l’analyse et du récit en architecture. (« Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches », journée d’étude, 24 juin 2021).

Philippe Saison, architecte du patrimoine, s’interroge sur la perception et la représentation de l’espace et du territoire. Il mène une recherche personnelle et pratique, non universitaire, sur les enjeux du dessin en architecture. Pourquoi et comment (outils, méthodes) l’architecte dessine-t-il à l’ère du numérique ?

La pratique du dessin au cœur du métier

Au XIXe, la pratique du dessin est au cœur de la formation d’architecte ; elle est omniprésente à l’Académie et, même après les bouleversements induits par le Mouvement moderne, elle continue d’y être essentielle. Son héritage, ses règles de composition ont marqué le métier de manière continuelle, malgré l’avènement de l’informatique et des maquettes numériques. L’Histoire nous montre que dessiner, c’est aussi choi­sir, s’engager et raconter, et que cette pratique est intime­ment liée à la dimension du projet d’architecture. Pour reprendre une formule de Patrick Céleste dans la revue D’architectures de Mars 2024 : « le numérique libère le dessin, comme la photographie a libéré la peinture. Loin de s’annihiler, au contraire, ils se nourrissent l’un de l’autre et chacun explore de nouveaux domaines, de nouvelles techniques pour des enjeux nouveaux ». Les nouveaux enjeux de la représentation résident probablement plus dans la pratique que dans la technique elle-même. Sollicitant l’intuition, la connais­sance et la sensibilité de chacun, elle est un langage qui à l’ère du numérique doit se réinventer.

L’architecte pense visuellement. En effet, en référence aux écrits de Juhani Pallasma, la collaboration inconsciente et continue de l’œil, de la main et de l’esprit est décisive dans le processus de conception. La pratique du dessin est en réalité une « exploration de la pensée » (PIANO Renzo, La désobéissance de l’architecte, Ed. Arléa, mars 2009). Elle fait appel à l’intuition, à la sensibilité et au geste. Ce geste instantané, spon­tané, est souvent vieux de 5 ans ou de 10 ans d’expé­riences et de connaissances. L’architecture prend forme comme un récit figuré, qui peut être partagé. Le processus de conception démarre avec le dessin. Pour comprendre les mécanismes du choix d’un point de vue, il faut ainsi s’intéresser à la pratique, analytique et sensible, du dessin d’architecture.

Plusieurs types et techniques de représentations permettent de présenter et de décrypter un paysage, un site : la coupe, la perspective cavalière, (analyse sur plusieurs degrés). Certains permettent, de manière globale, de contextualiser un édifice dans son environnement comme la vue de haut (vue perspective à vol d’oiseau). Le dessin oblige à observer, à analyser et à comprendre. Il implique la production de minutes, de relevés centrés sur différents aspects (architecture, ambiance, mesures). Ces minutes ont pour vocation la réalisation, la construction de dessins plus complets et synthétiques en atelier. L’axonométrie permet d’avoir une vue très objective, presque omnisciente. Elle est ainsi généralement privilégiée par les architectes car elle offre également une dimension narrative pour le projet d’architecture.

La pratique du dessin en architecture est narrative et sélective afin de convoquer un imaginaire. Il s’agit de toucher le public en utilisant le pouvoir de la représentation (exemple du Quartier Picasso à Nanterre avec ses « tours nuages », dessin de Emile Aillaud en 1974) : représentation poétique impossible, mais qui partage un imaginaire et un projet, ou encore le dessin utopique d’Antoine Grumbach. Pour représenter le mélange entre le ciel et l’architecture. On retrouve aussi cela chez les constuctivistes russes, chez Tchernikov par exemple, à travers l’image de l’usine, du paquebot et de la vitesse.

Quartier Picasso, Nanterre, Projet de coloration des tours, crayon noir, pastel, gouache blanche sur papier, Emile Aillaud, 1974-1978. Source : Centre Georges Pompidou, projet d’architecture, collection d’architecture du centre Georges Pompidou, catalogue de l’exposition de 1998.
Perspectives  des deux rives, exposition universelle de 1989 à Paris, Esquisse, encre de Chine et crayons de couleur sur calques, Antoine Grumbach, 1982-1983. Source : Centre Georges Pompidou, projet d’architecture, collection d’architecture du centre Georges Pompidou, catalogue de l’exposition de 1998.
Construction des formes architecturales et des machines, composition n°22, Gradirny of power station, encre et gouache sur carton, Iakov G Tchernikhov, 1931. Source : Centre Georges Pompidou, projet d’architecture, collection d’architecture du centre Georges Pompidou, catalogue de l’exposition de 1998.

Le dessin comme espace de liberté

Ci-dessus : Socca Fisola à Venise, Croquis, encre de Chine, aquarelle et pastels sur calques, Aldo Rossi, 1991. Source : Centre Georges Pompidou, projet d’architecture, collection d’architecture du centre Georges Pompidou, catalogue de l’exposition de 1998.
Ci-contre : Etude de bâtiment religieux et soldat (autoportrait) vue perspective, encre et craie de cire de couleur sur papier, Antonio Saint’Elia, 1915. Source : Un siècle de dessin d’architecture 1900-2000 , Neil Bingham.


Ci-dessus : Dessin du projet du quartier Euralille à Lille, Rem Koolhaas, 1988. Source : Centre Georges Pompidou, projet d’architecture, collection d’architecture du centre Georges Pompidou, catalogue de l’exposition de 1998.
Ci-contre : Axonométrie du port imaginaire de tous les projets, encre et lavis sur papier, Guillaume Ramillien, 2014. Source : D’Architectures 224, Mars 2014.

Le dessin est aussi le reflet d’un parcours, d’une personnalité qui évolue en permanence : on y retrouve la « patte » de l’artiste (exemple des dessins d’Aldo Rossi, parfois naïfs mais qui développent un imaginaire, une ambiance, ou de Alvar Aalto, 1955, église des Trois Croix). L’architecte y choisit un point de vue (qui émerge dans les croquis préparatoires) qui inscrit l’intention du projet dans la structure du territoire. Exemple d’Antonio Sant’Elia : dessin de projet d’église qui nous montre un rapport direct entre le point de vue adopté et le dessin en gestation. Autre exemple : projet de Rem Koolhas pour la gare de Lille. Les dessins présentés au concours d’architecture par l’équipe de Rem Koolhas ne sont pas figés et inscrits dans une représentation réaliste mais des croquis simples et synthétiques qui portent et véhiculent en eux une idée forte. On peut également citer le travail de Guillaume Ramilien qui propose un port imaginaire, manière de regrouper dans un même monde tous ses projets, toutes ses esquisses, un dessin qui est amené à grossir à l’infini. Le dessin apparaît comme une pratique de liberté sans limite.

Outils et méthodes

L’axonométrie convoque les trois dimensions et vient, le plus souvent, en complémentarité avec le plan. Elle a également un rôle narratif et pédagogique. La vue axonométrique permet d’avoir un regard évolutif sur la ville qui évolue en permanence. La représentation peut ainsi être prolongée, étiré sans cesse en parallèle de l’expansion souvent continue de l’espace urbain.

Tandis que la coupe ou section permet d’associer la notion « d’épaisseur » et la relation étroite entre le public et le privé. Elle demeure l’outil le plus efficace pour appréhender la notion d’espace, l’emboitement, l’imbrication complexe des espaces entre eux. Elle permet également de disséquer le paysage comme un médecin avec les représentations anatomiques. Elle est un moyen de saisir la vie, le profil qui caractérisent un territoire. Exemple : coupe du quartier de Kowloon, à Hong Kong, avant sa destruction en 1992, quartier qui était le plus dense du monde (dessin réalisé par une agence japonaise). On peut aussi citer le dessin de Renzo Piano pour son agence en Italie, qui met en scène le développement de l’espace, la relation privilégiée avec le paysage (en pente) dans l’agence. Le dessin raconte une histoire, une intention spatiale, architecturale et paysagère via la représentation en coupe. L’étude des points de vue est également un moment important dans le travail de compréhension d’un édifice pour un architecte du patrimoine. Par exemple, dans le cadre de l’étude de l’ancienne cathédrale Saint-Nazaire de Béziers, l’analyse d’un ancien dessin du XIIIe siècle accompagne le récit historique et ancre la légende dans la spatialité même de la cathédrale. Les sources sont parfois rares : dans le cas de la cathédrale gothique construite sur les vestiges d’une cathédrale romane détruite pendant la révolte des albigeois, la seule source connue est un dessin et probablement contemporaine de la catastrophe est un dessin qui accompagne une chanson décrivant les événements de la croisade des Albigeois dans la ville de Béziers. En complémentarité des travaux archéologiques, on se rend compte que le dessin jugé naïf et fantasque du XIII° siècle est finalement assez juste et que la cathédrale romane avait ainsi deux travées supplémentaires relativement longues enfouies sous le parvis. Cette exemple ancien de la pratique du dessin nous enseigne simplement la richesse et la puissance narrative qui entoure le dessin et qui même après plusieurs siècles peut encore se révéler.

Ci-dessus : Axonométrie de l’ancienne cathédrale Saint-Nazaire de Béziers, Philippe Saison, 2021.
Ci-contre : Dessin à la plume accompagnant le texte original en occitan de la « chanson de la Croisade » concernant la prise de Béziers, manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France. Source : Enquête sur la Cathédrale romane de Béziers, Norbert Breton, 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search