Damien Bril & Elise Vanriest – Voir de loin la collection Gaignières : les enjeux de la géolocalisation (« Exploiter des corpus de données géolocalisées », journée d’étude, 14 octobre 2020)

Damien Bril commence par rappeler le système de classement complexe de la collection Gaignières, qui met tout particulièrement en avant le lieu d’origine des documents, dans une démarche « scientifique » de référencement de la preuve, c’est-à-dire un système qui doit permettre à tout moment, à partir du document, de remonter à la source originale, parce qu’elle est toujours précisément localisée.

Espace connu, espace vécu

Elise Vanriest revient ensuite sur la « géographie des chartes » de Gaignières, c’est-à-dire les formes visuelles que prend l’espace dans sa collection. Il se situe entre le territoire connu par le savant et celui vécu par le voyageur. L’espace connu, compilé à partir de sources contemporaines, offre un témoignage de la culture géographique des milieux érudits sous le règne de Louis XIV. Gaignières dispose d’une offre considérable : cartes et plans, vues et profils de ville. Pour chaque région, il essaie de proposer un répertoire géographique idéal en complétant les planches gravées par des dessins. À côté de cet espace connu, qui permet d’embrasser la quasi-totalité du territoire, il y a un espace vécu présentant un profil beaucoup plus subjectif, celui des pérégrinations de Gaignières lui-même. C’est là qu’intervient son dessinateur, Louis Boudan, qui effectue des relevés de monuments, des vues de villes, des paysages, voire même des plans.

Carte du gouvernement de Rue, Paris, BnF, VA-80 (7)-FOL

Dans ces représentations, la perception des distances et des échelles est problématique, on est parfois plus devant un schéma que devant une réelle carte. La sélection des sites dépend de facteurs personnels, d’intérêts pour certaines archives, de contraintes qui pèsent sur les capacités de voyage de Gaignières : moyens économiques, état de santé, responsabilités diverses… La carte de ses déplacements montre qu’il ne s’écarte jamais trop de Paris et la représentation d’un même espace condense parfois une série d’expériences, de séjours étalés dans le temps. Le corpus pèse donc très nettement sur la forme géographique de la collection, qu’il ne faut pas se figurer seulement comme une représentation idéale du savoir géographique sous Louis XIV.

L’espace comme objet de connaissance en soi

L’espace, reprend Damien Bril, est omniprésent dans la collection parce qu’il se situe au principe de l’identité des documents. Quelle que soit leur place dans le corpus, c’est toujours la localisation qui est mise en avant, qu’il s’agisse d’une tombe, ou bien d’une mode qui en est tirée. Comment faire une distinction, pertinente en terme de visualisation, entre la France que Gaignières connaît directement, personnellement, et celle qu’il reconstitue grâce aux outils du savoir ? Est-ce qu’une telle visualisation peut réellement nous aider à mieux percevoir ce que cette distinction (perception directe/appréhension médiatisée par les documents) provoque dans la connaissance des territoires, de leur structure et de leurs composants ?

Numérique et référentiel : situer les lieux

Problème de la définition et de l’indexation des lieux : il n’existe pas de référentiel couvrant toutes les périodes traitées par Gaignières, même si plusieurs projets en cours comme DicoTopo et Col&mon, apportent une aide précieuse. Dans la collection, les localités traitées dans les documents correspondent à deux types de lieux : 1253 communes (standards Geoname), et 885 édifices considérés comme des ensembles (château, église, abbaye, etc). Un document peut représenter une ville, une ville avec ses édifices, une vue rapprochée d’un édifice en particulier.

Ces deux catégories sont situées par une coordonnées GPS, dont le choix entraine des conséquences qui peuvent être importantes, pour la question des points de vue, donc la place du spectateur et la position précise de l’objet observé. Certains projets comme Col&mon envisagent la croisée du transfert, mais dans le cas Gaignières, la façade est plus pertinente même si le choix d’une « façade principale » pour des ruines, ponts, etc… n’est pas toujours évident. Le contexte du dessin aide parfois à le définir. Il y a aussi une difficulté à définir ce qui sera la localisation, quand il n’existe pas d’autorité (pour certaines ruines, certains sites situés aujourd’hui en terrain privé), en particulier pour les lieux disparus. La question du référentiel se pose encore avec acuité, il faut parfois faire appel aux sociétés savantes locales.

L’espace comme réseau hiérarchisé

La répartition en grande région constitue l’armature générale de la collection en portefeuille, mais on retrouve au sein de chaque portefeuille un nouveau degré d’organisation, qui correspond à une hiérarchisation croissante de l’approche de l’espace : Gaignières commence par présenter des visions générales du territoire, sous sa forme politique ou religieuse (les généralités, les diocèces), puis il présente les villes principales, d’abord la capitale ; pour chaque ville, il s’intéresse ensuite à une vue générale, puis à des vues détaillées, avec un gros plan sur un, voire des monuments et bâtiments principaux. Enfin, dans certains cas, il va jusqu’à entrer dans le monument en question pour détailler un élément remarquable de son architecture, de son décor.

La géolocalisation des lieux évoqués ne suffit donc pas à les définir, il faut parvenir à les inscrire dans ce cheminement fictif, qui est à la fois conceptuel, logique, et d’essence narrative, puisqu’il répond à une rhétorique de la description et des éloges de villes, genre littéraire des guides urbains qui se multiplient au XVIIe siècle. Cette organisation de l’espace n’est pas seulement le fruit du classement physique des documents au sein des recueils, elle est inscrite au cœur des documents eux-mêmes, dans le titre de l’image ou à l’intérieur de la composition (Boudan légende les voies qu’il représente en indiquant une direction). L’indication est à la fois structurante (on voit ainsi se dessiner la forme réticulaire d’une province, autour de sa capitale) et narrative (le lieu évoqué sur le chemin est une origine, ou une destination). En croisant les données des dessins avec celles de la correspondance, la reconstitution des itinéraires de Gaignières pourra être affinée et leur logique mieux comprise. On ne peut pas se contenter d’une stricte application des données géolocalisées des sites mentionnés car il se forme, chez Gaignières et dans l’esprit de son projet, une carte mentale qui croise la notion d’itinéraire et celle de classement et peut être assez déformée par rapport à la topographie des territoires.

Une histoire des points de vue

La manière dont l’espace est représenté repose sur une culture des points de vue dont la reconstitution est un enjeu historique. La production gravée contemporaine permet de saisir le cadre de cette culture visuelle de la géographie, de la perception de l’espace : très souvent, une ville est représentée par son profil, c’est-à-dire par une vue qui restitue l’œil du visiteur qui l’approche depuis un axe particulier. Dans la restitution des bâtiments, plutôt que de représenter l’élévation et le plan de manière abstraite, Gaignières fait reproduire ce même type de visualisation reconstituant le point de vue, inscrivant l’édifice dans son environnement sensible, avec une prise en compte des édifices alentours. Les scènes sont généralement habitées par de petits personnages qui jouent le rôle d’échelle mais contribuent aussi à inscrire l’édifice dans sa réalité sensible et quotidienne. L’image recomposée par Boudan combine parfois plusieurs points de vue, offrant une mise en situation fictivement réaliste, et parfaitement artificielle. Cela fait de ses dessins moins des projections que des schémas.

Or, en réduisant l’espace à sa coordonnée GPS, ne risque-t’on pas à la fois d’aplatir son inscription dans son décor contemporain et d’occulter la question de l’orientation du spectateur ? Qu’est-ce qui « fait donnée » dans la prise en compte de l’espace géographique, tel que la collection Gaignières nous permet de le comprendre ? Ne risque-t’on pas, en considérant l’espace qui semble faire donnée, d’oublier qu’il s’agit d’une représentation, donc d’une interprétation ? Dans les images de Gaignières, on a longtemps porté son attention seulement sur le sujet lui-même de dessins, considérant que la richesse de cette collection était d’avoir sauvegardé la forme visuelle de monuments dont beaucoup ont disparu. Pourtant, c’est aussi à une histoire du regard sur le patrimoine monumental, c’est-à-dire sur la manière dont le temps s’imprime dans l’espace, que cette collection contribue.

Compte-rendu mis au propre par Lauren Launay à partir des notes de Damien Bril et Elise Vanriest.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search